Abattoirs, puis ateliers municipaux, actuellement école maternelle Brise Echalas

Abattoirs, puis ateliers municipaux, actuellement école maternelle Brise Echalas

abattoirs publics, actuellement école maternelle publique Brise Echalas

par Antoine Furio, Cécile Katz

Si l’actuelle école maternelle Brise Echalas doit son nom à la présence ancienne du moulin éponyme, elle fut construite sur les terrains des anciens abattoirs publics de la ville. L’opération réalisée en 1996 en réutilisa la halle centrale pour son intérêt patrimonial. Construit en 1844, cet édifice constitue en effet un des rares exemples conservés de halle à charpente en bois lamellé, boulonné, moisé.

Par le décret du 9 février 1810 Napoléon décide de créer des abattoirs publics à Paris, regroupant les tueries des bouchers en un seul endroit pour des raisons économiques et de santé publique. A Saint-Denis, après de nombreux atermoiements sur sa localisation et sa dimension, un projet d’abattoirs initié en 1822 est définitivement adopté en 1841. Confié à l’architecte d’arrondissement Paul Eugène Lequeux, il comprend à son origine des pavillons d’accueil, des porcheries, triperies et bouveries, actuellement tous disparus, disposés de manière équilibrée autour de cours. Au centre de cette composition harmonieuse, placée dans l’axe de l’entrée, se trouve une grande halle ouverte d’abattage distribuant huit échaudoirs répartis de part et d’autre, disparus. L’édifice de 35 mètres de long pour une largeur de 11 mètres et une hauteur équivalente, est constitué de piliers maçonnés en pierres blanches hourdies de caillasses et de briques en partie haute. Les façades latérales sont percées de hautes ouvertures en plein-cintre ouvrant? initialement sur les échaudoirs. L’ensemble est couvert par une charpente composée de sept arcs en planches de bois cintrées destinés à raidir des fermes droites. Ce dispositif particulièrement singulier est issu des travaux effectués vers 1820 par le colonel Emy, ingénieur d’artillerie, qui cherchait à établir des charpentes légères de grande portée, de conception économique et de montage simple. Utilisée pour la première fois en 1821 pour la construction du manège à chevaux de Libourne, le modèle ne fut que modestement diffusé, malgré son intérêt technique, et principalement pour des constructions militaires, ce qui nous interroge sur sa présence à Saint-Denis. Interrogation d’autant plus légitime que les abattoirs de Saint-Denis ne présentent qu’une faible portée comparativement aux 21 mètres du manège de Libourne. Néanmoins, comme ceux du colonel Emy, les arcs se composent de plusieurs planches de bois - ici 10 - de 2,25 cm d’épaisseur, cintrées sur gabarit?, et réunies entre elles par des boulons qui les traversent perpendiculairement et des étriers en fers plats destinés à les serrer les unes contre les autres. A Saint-Denis, les arcs sont doublés pour être assemblés aux fermes droites par des pièces moisés en bois rayonnant vers le centre de l’arc. Le tout repose sur des sablières placées dans les murs, et par scellement des arbalétriers. Le contreventement? est assuré par une liaison de toutes les fermes entre elles par une panne faîtière et des pannes latérales. Enfin, un entrait retroussé et un poinçon métallique, probablement aménagés plus tard, assurent la rigidité de chacune des fermes.

Remaniée en 1864 par l’architecte municipal Moreau pour y ajouter quatre échaudoirs, puis vers 1920 transformée en ateliers municipaux – ce qui nécessitait de clore le bâtiment aux deux extrémités - la halle a cependant conservé sa structure? intacte. La reconversion en école, en 1996, a fragilisé quelque peu l’ossature suite à la démolition des échaudoirs qui assuraient jusqu’alors le rôle de contrefort contre les poussées horizontales. Le projet de l’agence GPA architecte a pris le parti de valoriser la halle, réhabilitée en préau, en l’habillant de façade vitrée. Les classes disposées de part et d’autre, puis les espaces de jeux répartis dans les cours latérales et à l’arrière offrent une réelle visibilité de la structure depuis l’espace public et ce malgré l’aménagement de rideaux occultants.

Date de construction
1844; 1864; 1920
Date de rédaction
2007; 2012
Code site
066inv024
Date de découverte ou d'enquête
1988
Destination successive
ateliers municipaux; école maternelle
Auteur
Lequeux Eugène Paul (architecte) ; Moreau (architecte) ; Guérin Hardy (entrepreneur) ; GPA Architectes (agence d’architecture)
Parties constituantes
halle de travail à couvert

Illustrations

Saint-Denis ; Abattoirs, puis ateliers municipaux, actuellement école maternelle Brise Echalas - halle principale

Ancienne halle d’abattage transformée en préau de l’école maternelle Brise Echalas.
N° 1027009 - jpg - 640 × 425 pixels Détails
Crédits Photo Jacques Mangin (c) Département de la Seine-Saint-Denis
Dimensions 640 × 425 pixels
Résolution 0.3 Mpx
Poids 69.1 ko
Date 15 mars 2011
Fichier 31303.jpg

Saint-Denis ; Abattoirs, puis ateliers municipaux, actuellement école maternelle Brise Echalas - détail de la charpente

Détail de la charpente en bois lamellé.
N° 1027010 - jpg - 640 × 425 pixels Détails
Crédits Photo Jacques Mangin (c) Département de la Seine-Saint-Denis
Dimensions 640 × 425 pixels
Résolution 0.3 Mpx
Poids 86.7 ko
Date 5 juin 2011
Fichier 31304.jpg

Saint-Denis ; Abattoirs, puis ateliers municipaux, actuellement école maternelle Brise Echalas - plan en élévation 1864

Plan d’ensemble des abattoirs en 1864.
N° 1027011 - jpg - 874 × 1199 pixels Détails
Crédits (c) Archives Municipales de Saint-Denis, 16Fi103/001
Dimensions 874 × 1199 pixels
Résolution 1.0 Mpx
Poids 48.6 ko
Date 5 juin 2018
Fichier 31307.jpg

Saint-Denis ; Abattoirs, puis ateliers municipaux, actuellement école maternelle Brise Echalas - plan de masse 1910

Plan d’ensemble des abattoirs, vers 1910.
N° 1027013 - jpg - 1199 × 801 pixels Détails
Crédits (c) Archives Municipales de Saint-Denis, 16Fi054/001
Dimensions 1199 × 801 pixels
Résolution 1.0 Mpx
Poids 42.1 ko
Date 5 juin 2018
Fichier 31308.jpg

Saint-Denis ; Abattoirs, puis ateliers municipaux, actuellement école maternelle Brise Echalas - plan de masse 1864

Plan en élévation d’agrandissement de quatre travées d’échaudoir des abattoirs en (...)
N° 1027012 - jpg - 861 × 1199 pixels Détails
Crédits (c) Archives Municipales de Saint-Denis, 16Fi103/003
Dimensions 861 × 1199 pixels
Résolution 1.0 Mpx
Poids 52.6 ko
Date 5 juin 2018
Fichier 31305.jpg
Type d’étude et de recherche

Localisation
  • 24 rue Brise Echalas
  • Saint-Denis ; Abattoirs, puis ateliers municipaux, actuellement école maternelle Brise Echalas - halle principale
    Ancienne halle d’abattage transformée en préau de l’école maternelle Brise Echalas.
    Photo Jacques Mangin (c) Département de la Seine-Saint-Denis
  • Saint-Denis ; Abattoirs, puis ateliers municipaux, actuellement école maternelle Brise Echalas - détail de la charpente
    Détail de la charpente en bois lamellé.
    Photo Jacques Mangin (c) Département de la Seine-Saint-Denis
  • Saint-Denis ; Abattoirs, puis ateliers municipaux, actuellement école maternelle Brise Echalas - plan en élévation 1864
    Plan d’ensemble des abattoirs en 1864.
    (c) Archives Municipales de Saint-Denis, 16Fi103/001
  • Saint-Denis ; Abattoirs, puis ateliers municipaux, actuellement école maternelle Brise Echalas - plan de masse? 1910
    Plan d’ensemble des abattoirs, vers 1910.
    (c) Archives Municipales de Saint-Denis, 16Fi054/001
  • Saint-Denis ; Abattoirs, puis ateliers municipaux, actuellement école maternelle Brise Echalas - plan de masse? 1864
    Plan en élévation d’agrandissement de quatre travées d’échaudoir des abattoirs en 1864.
    (c) Archives Municipales de Saint-Denis, 16Fi103/003
Chronologies

Dénomination

Auteurs / protagonistes