Diagnostic archéologique à Gagny, chemin de la Fossette

Diagnostic archéologique à Gagny, chemin de la Fossette

27 septembre 2021 , par Pauline Susini-Collin

Une opération de diagnostic archéologique a été réalisée par le Bureau du patrimoine archéologique du Département de la Seine-Saint-Denis, , sous la direction de Pauline Susini-Collin, à Gagny, chemin de la Fossette, du 2 au 4 février 2021. Cette intervention s’est déroulé préalablement à l’aménagement d’un bassin de rétention des eaux pluviales du ru Saint-Baudille afin de permettre la baignabilité de la Seine et de la Marne dans le cadre des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024. L’emprise du projet, de par son importante surface non bâtie dans une zone fortement urbanisée et situé en plaine alluviale, présentait un fort potentiel archéologique diachronique.
Le projet de construction du bassin portait en effet sur un terrain de 9235 m², à l’abandon depuis de nombreuses années, envahis de végétation et traversés par trois lignes haute tension dont l’une possède un pylône sur l’emprise même.

Gagny, un arc-en-ciel sur le diagnostic, le 3 février
Photo © Pauline Susini-Collin / Département de la Seine-Saint-Denis, 2021

Conclusions du diagnostic

Le terrain présente un pendage d’axe nord-est - sud-ouest. La partie nord-ouest de l’emprise comporte d’importants niveaux de remblais contemporains enfouis ; la partie sud-est quand à elle possède une couverture sédimentaire mieux conservée. Ainsi, un niveau de terre végétale très humifère recouvre des niveaux d’alluvions sableuses témoins de l’activité hydraulique passée. Au sud-est une grave rousse a été observée, témoignant de la présence probable d’un paléochenal dont la morphologie n’a malheureusement pas pu être définie. L’ensemble des terrains est donc très fortement marqué par la circulation d’eau, pour les périodes anciennes et contemporaines. Les niveaux de sable roux observés dans la totalité des tranchées témoignent des variations de niveau de la nappe phréatique, de la diminution de la puissance du ru puis de son assèchement progressif.

  • Tranchée 1
    Vue générale de la tranchée 1
  • Tranchée 1
    La tranchée 2 inondée à cause des pluies diluviennes et de la remontée de la nappe phréatique.
  • Tranchée 3
    Sondage profond : la grave rousse correspond probablement à un paléochenal.
Fossé BAU001
Le fossé BAU001 a été repéré dans les tranchées 3 et 4. Il a livré une lame de silex taillé néolithique (BAU002/3).
Photo © Crisitina Gonçalvès-Buissart / Département de la Seine-Saint-Denis, 2021

En dépit d’une surface importante, une seule structure? archéologique a été mise au jour : une structure linéaire? d’axe nord-ouest - sud-est, observée dans les tranchées 3 et 4, soit environ 18 m de long. Il entame le niveau sablo-argileux roux et beige. Il s’agit d’un fossé à profil en cuvette, qui s’évase en direction de l’est (BAU001). Son comblement est constitué de sable brun moucheté de sable plus clair beige, meuble et plutôt homogène dans les deux sections.

Il a livré un unique éclat laminaire de silex dans la tranchée 3 (BAU002/3). Une des faces porte les traces d’un polissage, indiquant que la pièce est très probablement issue du recyclage d’une lame de hache polie. La taille s’est effectuée par percussion minérale directe. Le bord localisé sur l’extrémité distale de la pièce présente des enlèvements courts et continus, qui pourraient correspondre à des retouches ou à des enlèvements produits par l’utilisation. Le talon est lisse?. La reprise des lames des haches, une fois qu’elles sont cassées, pour produire d’autres outils est assez habituelle durant le Néolithique, notamment à partir du Néolithique Moyen et jusqu’à la fin de la période. Cependant, la pièce présente de nombreuses traces d’oxydation et des bords ébréchés, indiquant qu’elle n’est probablement pas en position primaire.

Ceci étant, malgré la présence de cette pièce lithique, qui indique une fréquentation ancienne des lieux, une grande incertitude subsiste quand à la datation du fossé et son attribution à la période Néolithique. D’autant plus qu’au regard du plan?, son tracé est particulièrement rectiligne, ce qui n’est pas d’usage à cette période.

  • Lame de silex néolithique, avers
    Avers du silex taillé découvert dans le fossé BAU001, en tranchée 3.
  • Lame de silex néolithique, revers
    Revers du silex taillé découvert dans le fossé BAU001, en tranchée 3.
  • Lame de silex taillé néolithique, BAU002/3
    Dessin © Nicolas Latsanopoulos / Département de la Seine-Saint-Denis, 2021

Un objet insolite découvert dans une tranchée

Il arrive lors de nos différents chantiers archéologiques de trouver des objets insolites, dont on pourrait penser qu’ils ne concernent pas l’archéologie au premier abord. Pourtant, tout objet peut nous livrer des informations sur ses origines, sur le terrain dans lequel il a été trouvé et au final, nous raconter son histoire. Tout intéresse les archéologues !
Lors de cette opération, c’est un objet du quotidien, assez banal, très bien conservé, qui a été mis au jour dans l’une des tranchées du diagnostic... retrouvez son histoire ici.

Rapport d’opération

Consultez ou téléchargez ci-dessous le rapport de diagnostic archéologique

PDF - 3 Mo
Susini-Collin 2021. Rapport de diagnostic archéologique. Gagny, 32bis chemin de la Fossette - Bassin du ru Sainte-Baudile