Expérimentation de pose de plâtre à Montreuil. 1 (en haut à gauche). Pose des nus. 2 (en haut, centre gauche). Alignement des nus qui serviront de guide pour le dressage de l’enduit. 3 et 4 (en haut, centre droite, et en haut à droite). Une fois les nus p

11 janvier 2007

Document :

JPEG - 9.8 ko
Expérimentation de pose de plâtre à Montreuil. 1 (en haut à gauche). Pose des nus. 2 (en haut, centre gauche). Alignement des nus qui serviront de guide pour le dressage de l’enduit. 3 et 4 (en haut, centre droite, et en haut à droite). Une fois les nus p
Expérimentation de pose de plâtre à Montreuil. 1 (en haut à gauche). Pose des nus. 2 (en haut, centre gauche). Alignement des nus qui serviront de guide pour le dressage de l’enduit. 3 et 4 (en haut, centre droite, et en haut à droite). Une fois les nus posés (visibles à l’arrière plan de 3), gâchage du plâtre pour le gobetage. Le gâche effectué au touillou et à la truelle est assez énergique car il s’agit de bien mélanger une trentaine de kilos de poudre de plâtre dans autant d’eau. 5 (en bas à gauche). Gobetage. Le gobetage est la première opération de pose du plâtre à la truelle. Il s’agit de combler les vides du mur support et de préparer une surface régulière permettant d’accueillir l’enduit. 6 - 7 (au centre, centre gauche et centre droit). Sur la couche de gobetage, la plâtrier pose le plâtre de la première couche d’enduit et le presse à la taloche, ce pressage permet de préparer le dressage. 8 (au centre, à droite) Le dressage à la règle peut s’effectuer par couches successives, il permet de préparer la couche de finition. 9 (en bas à gauche). Coupage à la berthelet ou truelle bretellée. Le coupage permet un finition très lisse? ? et régulière tout en garantissant la respiration du plâtre, un lissage à plat empêcherait en effet la respiration de l’enduit et bloquerai les échanges d’humidité entre le mur et l’atmosphère. 10 (en bas à droite).. Finition à la spatule des dernières irrégularités.
Phot. V. Léon © Département de la Seine-Saint-Denis - MAP
Descriptif

Expérimentation de pose de plâtre à Montreuil. 1 (en haut à gauche). Pose des nus. 2 (en haut, centre gauche). Alignement des nus qui serviront de guide pour le dressage de l’enduit. 3 et 4 (en haut, centre droite, et en haut à droite). Une fois les nus posés (visibles à l’arrière plan de 3), gâchage du plâtre pour le gobetage. Le gâche effectué au touillou et à la truelle est assez énergique car il s’agit de bien mélanger une trentaine de kilos de poudre de plâtre dans autant d’eau. 5 (en bas à gauche). Gobetage. Le gobetage est la première opération de pose du plâtre à la truelle. Il s’agit de combler les vides du mur support et de préparer une surface régulière permettant d’accueillir l’enduit. 6 - 7 (au centre, centre gauche et centre droit). Sur la couche de gobetage, la plâtrier pose le plâtre de la première couche d’enduit et le presse à la taloche, ce pressage permet de préparer le dressage. 8 (au centre, à droite) Le dressage à la règle peut s’effectuer par couches successives, il permet de préparer la couche de finition. 9 (en bas à gauche). Coupage à la berthelet ou truelle bretellée. Le coupage permet un finition très lisse? et régulière tout en garantissant la respiration du plâtre, un lissage à plat empêcherait en effet la respiration de l’enduit et bloquerai les échanges d’humidité entre le mur et l’atmosphère. 10 (en bas à droite).. Finition à la spatule des dernières irrégularités.

Crédits
Phot. V. Léon © Département de la Seine-Saint-Denis - MAP

Image :

Source
prise de vue directe
Date de création - date de prise de vue
2005
Service producteur
Service du patrimoine culturel de la Seine-Saint-Denis
Droits de diffusion
communication libre - reproduction soumise à autorisation