La médiathèque archéo #3 - Néandertal : le mystère de la grotte de Bruniquel

La médiathèque archéo #3 - Néandertal : le mystère de la grotte de Bruniquel

2 décembre 2020 , par Guillaume Huitorel

Documentaire

L’enquête que nous découvrons prend racine en 1990 près du village de Bruniquel, dans les gorges de l’Aveyron (Tarn-et-Garonne). Bruno Kowalczewski, alors adolescent, découvre - après trois années d’efforts pour se frayer un chemin - une grotte jusque-là inexplorée par ses contemporains et qui, sans qu’il le sache, allait livrer le bâti le plus ancien jamais connu à ce jour : des centaines de stalagmites volontairement brisées et disposés en cercles, à 350 mètres de l’entrée de la grotte ! Mais de quand date cette installation ? Qui en sont les auteurs ? Et quelle est sa fonction ? Autant de questions auxquelles le passionnant documentaire Néandertal : le mystère de la grotte de Bruniquel tente d’apporter des éléments de réponse.

Les caméras de Luc-Henri Fage ont suivi pendant quatre ans une mission archéologique menée entre autres par le spéléologue Michel Soulier, la paléoclimatologue Sophie Verheyden, le préhistorien Jacques Jaubert et le spécialiste du climat Dominique Genty. Cette nouvelle étude de la grotte, entreprise en 2014, relance les recherches sur ce site alors que sa découverte était passée inaperçue dans le monde de la recherche, malgré un article paru en 1996 dans la revue de spéléologie Spelunca.

L’enquête débute par des questions évidentes, mais dont les réponses sont souvent difficiles à donner sur un site archéologique : de quand date la structure? faite de stalagmites brisées et qui l’a aménagée ?
Dans les années 1990, une datation au carbone 14 avait été réalisée sur un os d’ours calciné pris entre des stalagmites de la structure. La date fixée à au moins - 47 000 ans était très intéressante, puisqu’elle indiquait que Néandertal était l’auteur de cette construction.

Toutefois, la méthode du carbone 14, surtout lorsqu’elle est effectuée sur un seul échantillon, ne permet pas de donner une date plus précise. Or, le développement constant des méthodes de datation en laboratoire permet aujourd’hui de dater les couches de calcite stalagmitique antérieures et postérieures à l’aménagement de la structure... Ainsi, la méthode de datation par l’uranium-thorium appliquée cette fois sur plusieurs prélèvements donne une date d’environ - 175 000 ans. Ce résultat est exceptionnel ! En plus de confirmer qu’il s’agit bien d’une installation faite de la main de Néandertal, elle révèle que ce cercle de stalactites est l’une des structures bâties les plus anciennes connues à l’heure actuelle dans le monde ! La réception et l’annonce des résultats de cette analyse aux membres de l’équipe font partie des images marquantes de ce film. L’émotion des chercheurs, pourtant expérimentés, nous rappelle que les archéologues sont avant tout des passionnés et que chaque découverte, de la plus simple à la plus exceptionnelle (c’est le cas ici !), est toujours unique.
Forte de cette datation, l’équipe prépare alors dans le plus grand secret, pendant plus d’un an, un article pour la revue scientifique de renommée internationale Nature. Les images de la conférence de presse au moment de la publication de l’article, dans une salle pleine de journalistes, et les nombreux échos sur les chaînes de télévision du monde entier, nous font prendre conscience de l’importance de cette découverte pour mieux comprendre l’histoire de l’humanité.

Après la cohue médiatique, l’étude de la grotte repart de plus belle. Les archéologues et les ingénieur·e·s se succèdent pour poursuivre les relevés et les études de la structure, notamment pour sa modélisation en trois dimensions. Le cas du feu est particulièrement intéressant. En effet, l’intervention de la géologue Catherine Ferrier permet de repérer et d’analyser les nombreuses traces de combustion. Ces observations de terrain, associées à des méthodes comme l’archéologie expérimentale permettent de mieux comprendre les techniques mises en œuvre par Néandertal pour éclairer la salle.

La découverte de l’installation de la grotte de Bruniquel et son étude participent à nous éloigner un peu plus de l’image d’Épinal de Néandertaliens aux facultés limitées pour, à l’inverse, découvrir une population capable de maîtriser et d’exploiter son milieu. Le cœur du documentaire est un exemple particulièrement pertinent pour appréhender la construction de la recherche et du savoir sur un site archéologique où les techniques scientifiques les plus récentes peuvent être utilisées.

La dernière partie du documentaire ouvre la nécessaire question de la fonction de cette installation. Si les indices récoltés sur le site et la localisation de la structure au cœur d’une grotte semblent exclure une fonction d’habitat, son utilisation précise échappe encore largement aux archéologues. Néanmoins, il est appréciable de voir la prudence et l’humilité des archéologues devant cette découverte qui referme encore bien des secrets... mais nous permet d’approcher le monde physique et spirituel de notre cousin Néandertal.

Je terminerai par une pensée pour les plus claustrophobes d’entre nous... il est à la fois amusant et stressant de voir les membres de l’équipe de recherche se succéder au fil du reportage dans les étroits boyaux de la grotte, passage obligatoire pour accéder à son joyau : l’une des plus anciennes structures bâtie au monde.

Le documentaire est disponible jusqu’au 19/01/2021 sur Arte.
Bon visionnage !

voir la vidéo sur ARTE

Année : 2019
Durée : 54 min
Réalisateur : Luc-Henri Fage
Production : ARTE France, Gedeon Programmes, Félis Production
Le site d’Arte

D’autres ressources en ligne sur la grotte de Bruniquel :

- Deux podcasts à réécouter sur Radio France
En 2016, le préhistorien Jacques Jaubert est interviewé dans Le salon noir

lien direct vers le son

En 2017, Jacques Jaubert est à l’antenne pour Le temps d’un bivouac

lien direct vers le son

- Deux articles scientifiques de référence
Jaubert J., Verheyden S., Genty D. et al., « Early Neanderthal constructions deep in Bruniquel Cave in southwestern France », Nature 534, 111–114, 2016 (en anglais - payant)
Verheyden S., Jaubert J., Genty D., Soulier, M., « Grotte de Bruniquel (Tarn-et-Garonne, France) : éléments de datation complémentaires », Karstologia, 70, 1, 2017 (en français - gratuit)