La rue de la Rochefoucault annonce déjà le secteur pavillonnaire. Sa formation est intéressante : son prolongement, qui nous intéresse dans ce chapitre, date de 1897. La partie la plus ancienne correspond à l’ouverture du lotissement de l’Avenir en 1853 (

Document :

La rue de la Rochefoucault annonce déjà le secteur pavillonnaire. Sa formation est intéressante : son prolongement, qui nous intéresse dans ce chapitre, date de 1897. La partie la plus ancienne correspond à l’ouverture du lotissement de l’Avenir en 1853 (
La rue de la Rochefoucault annonce déjà le secteur pavillonnaire. Sa formation est intéressante : son prolongement, qui nous intéresse dans ce chapitre, date de 1897. La partie la plus ancienne correspond à l’ouverture du lotissement de l’Avenir en 1853 (cf. chapitre : L’Avenir ”). Elle relève donc de deux types d’urbanisation : lotissement concerté à l’est du boulevard et à l’ouest urbanisation née des opportunités foncières. Or, aujourd’hui, les divers remaniements parcellaires ont brouillé la lecture de ces deux types d’aménagement. Paradoxalement la partie réglementée au départ a un aspect bien moins ordonné que l’autre. Le côté pair, transformé drastiquement dans les années 198 ? par une opération de logement social comporte toujours de beaux pavillons bourgeois (n°12). Sur le côté impair, mieux conservé, alternent pavillons bourgeois (n°15, 23) et maisons ouvrières (19/21).
Photo Marie-Françoise Laborde © Département de la Seine-Saint-Denis
Descriptif

La rue de la Rochefoucault annonce déjà le secteur pavillonnaire. Sa formation est intéressante : son prolongement, qui nous intéresse dans ce chapitre, date de 1897. La partie la plus ancienne correspond à l’ouverture du lotissement de l’Avenir en 1853 (cf. chapitre : L’Avenir ”). Elle relève donc de deux types d’urbanisation : lotissement concerté à l’est du boulevard et à l’ouest urbanisation née des opportunités foncières. Or, aujourd’hui, les divers remaniements parcellaires ont brouillé la lecture de ces deux types d’aménagement. Paradoxalement la partie réglementée au départ a un aspect bien moins ordonné que l’autre. Le côté pair, transformé drastiquement dans les années 198 ? par une opération de logement social comporte toujours de beaux pavillons bourgeois (n°12). Sur le côté impair, mieux conservé, alternent pavillons bourgeois (n°15, 23) et maisons ouvrières (19/21).

Crédits
Photo Marie-Françoise Laborde © Département de la Seine-Saint-Denis

Image :

Source
prise de vue directe
Date de création - date de prise de vue
2006