Le parc interdépartemental des sports de Marville

Le parc interdépartemental des sports de Marville

6 juin 2018 , par Hélène Caroux

Histoire et architecture d’un hippodrome devenu parc des sports

Le parc interdépartemental des sports de Marville, à cheval sur Saint-Denis et La Courneuve, est dédié aux pratiques sportives depuis plus d’un siècle. Paysage et bâtiments sont intimement liés aux pratiques qui s’y sont succédées et aux trois grandes périodes d’aménagement qui ont rythmé son évolution. Le « parc interdépartemental de Marville » a ainsi remplacé en 1970 le « parc des sports de La Courneuve » aménagé à l’emplacement d’un cynodrome construit à la fin des années 1920. Ce dernier avait lui-même remplacé un hippodrome construit en 1914. Aujourd’hui, ce parc a conservé les traces de ces différentes périodes, et notamment les vestiges du seul hippodrome préservé en Seine-Saint-Denis.

  • Saint-Denis-La Courneuve ; Hippodrome, cynodrome, parc des sports de La Courneuve, actuellement Parc interdépartemental des sports de Marville
    Plan du parc des sports en 2014.
    © Département de la Seine-Saint-Denis
  • Saint-Denis-La Courneuve ; Hippodrome, cynodrome, parc des sports de La Courneuve, actuellement Parc interdépartemental des sports de Marville
    Vue aérienne et oblique du parc. La tribune d’honneur est située en haut et à gauche de l’image
    Photo Altelia © Département de la Seine-Saint-Denis, 2014

Au début du XXe siècle, l’hippodrome de Saint-Denis – La Courneuve

Construit trente ans après celui de Saint-Ouen (1880), l’hippodrome de Saint-Denis – La Courneuve ne connut cependant pas le même succès. Édifié par la Société sportive d’encouragement (SPE), il n’accueillit que peu voire aucune course de chevaux. En cause, la Première Guerre mondiale mais également la nature du terrain trop meuble, inappropriée à ce type de compétition.
L’hippodrome de Saint-Ouen étant voué à disparaître, la SPE, locataire des terrains, s’enquit à partir de 1907 d’un lieu nouveau pour y implanter un important champ de courses. L’existence de vastes terres à proximité de Paris, dans un quartier en plein développement pavillonnaire lui permet d’acquérir 40 hectares se répartissant sur les communes de Saint-Denis et, dans une moindre mesure, de La Courneuve.
Ces terrains répondent aux impératifs propres à cet équipement : suffisamment vastes pour l’aménagement d’une longue ligne droite, une bonne orientation des tribunes par rapport au soleil et enfin la présence de différentes voies d’accès. Les personnes les plus fortunées et les spectateurs du pesage (enceinte où se trouvent les balances et où s’effectue le contrôle du poids des jockeys) arrivaient en voiture ou calèche par le chemin de Marville à Saint-Denis tandis que les piétons accédaient au champ de courses par l’entrée opposée, à La Courneuve, desservie par la voie de chemin de fer et par des lignes de tramway.

  • Saint-Denis-La Courneuve ; Hippodrome, cynodrome, parc des sports de La Courneuve, actuellement Parc interdépartemental des sports de Marville
    Pavillon? ? des balances : plan de la façade ouest. 0,02pm. Papier fort. Tirage. André Raimbert architecte
    © Archives municipales de Saint-Denis, 16Fi053/09
  • Saint-Denis-La Courneuve ; Hippodrome, cynodrome, parc des sports de La Courneuve, actuellement Parc interdépartemental des sports de Marville
    Le champ de courses en cours de construction survolé par un avion
    Carte postale © Service documentation – archives de La Courneuve 8Fi0128

C’est en 1911 que sont dressés les plans par André Raimbert, architecte du nouvel hippodrome de Maisons-Laffitte (1904) mais aussi des tribunes de celui de Saint-Ouen en 1903. L’importance du site permet d’établir trois pistes circulaires (plat, steeple, haies), une piste de huit et de nombreux bâtiments : deux tribunes (l’une de 100 mètres (B1) et l’autre de 30 mètres), des écuries (D1), un pavillon? central pour le pari mutuel, un pavillon de l’ambulance, de police et de garde (D2), un pavillon des balances et de pesage et un pavillon de répartition (buffet, salle de répartition, tickets, change). Deux accès différenciés (accès public, accès réservé) et deux passages souterrains permettant l’accès à l’enceinte réservée au public à l’intérieur des pistes complètent les aménagements. La revue Le sport universel illustré (décembre 1913) ne tarit pas d’éloges : « la qualité des pistes nous a paru parfaite », « le pesage et ses grandioses tribunes ont fort grand air », « inspirées à la fois de Longchamp et de Deauville et surtout du Tremblay, elles sont gracieuses d’apparence, conçues avec un sens très pratique du confort moderne… ».

  • Saint-Denis-La Courneuve ; Hippodrome, cynodrome, parc des sports de La Courneuve, actuellement Parc interdépartemental des sports de Marville
    La tribune d’honneur de l’ancien hippodrome
    © Photo Guy Bréhinier / Département de la Seine-Saint-Denis, 2015
  • Saint-Denis-La Courneuve ; Hippodrome, cynodrome, parc des sports de La Courneuve, actuellement Parc interdépartemental des sports de Marville
    Toit-terrasse de la tribune d’honneur accessible par les deux "tours" qui encadrent la tribune
    © Photo Guy Bréhinier / Département de la Seine-Saint-Denis, 2015

En effet, comme au Tremblay (Val-de-Marne), la tribune de 100 mètres destinée au public possède une galerie? promenoir clôturée de glaces tandis qu’à l’arrière de la tribune de 30 mètres réservée aux propriétaires de chevaux, le pavillon des balances comprend deux salons, l’un pour les dames, l’autre pour le Comité directeur. La société de béton armé Hennebique est mise à contribution pour cet ouvrage notamment pour les souterrains. La brique, matériau économique, est quant à elle employée pour les stalles et les écuries tandis que la pierre est réservée aux tribunes et aux pavillons. Seuls trois de ces bâtiments existent encore en 2016 : la tribune d’honneur (B1), le pavillon de l’ambulance (D2) et les anciennes écuries (D1).
Alors que le terrain présente une forme irrégulière, le principe d’implantation des bâtiments selon un axe de symétrie est-ouest (Axe 1) est retenu par l’architecte. Des alignements d’arbres (marronniers, tilleuls...) marquent les allées et cheminements et deux bosquets sont plantés face à la tribune d’honneur.

Du cynodrome à la naissance du parc des sports dit « de La Courneuve »

Au début des années 1920, une partie de ce parc, alors sans affectation précise, est louée par une association sportive nouvellement constituée, la Société du parc des sports. C’est d’ailleurs à son initiative que ce parc fit partie des six proposés pour les Jeux olympiques de 1924 qui, comme on le sait, se déroulèrent en définitive à Colombes, au stade Yves-du-Manoir.
Cette deuxième période d’aménagement va surtout être marquée par la transformation du champ de courses en cynodrome en 1928. Profitant des nombreux terrains encore disponibles, le Greyhound Club de France, Société d’encouragement à l’élevage et au développement du sport de chiens de course en France décide de louer à la SPE les terrains afin d’y aménager un cynodrome. La popularité des courses de lévriers en Angleterre à l’époque fait des émules et les structures déjà en place de l’ancien hippodrome s’y prêtent idéalement.
Le projet est confié à l’architecte Henry Chazal, architecte diplômé de l’École des Arts Décoratifs, auteur notamment de la gare routière de Gray (Franche-Comté), aujourd’hui inscrite au titre des Monuments historiques. Il conçoit des aménagements et des bâtiments dans un esprit moderne qui tranche avec le régionalisme? de l’ancien hippodrome. Le béton armé est de mise, une cohérence architecturale et un soin du détail sont apportés aux différents éléments bâtis. Un restaurant est construit sur pilotis afin de ménager en dessous un espace pour les voitures des membres du club, les tribunes sont modernisées, les anciennes écuries aménagées en chenil et une porte monumentale est édifiée, marquant l’entrée située au sud-est du parc.

  • Saint-Denis-La Courneuve ; Hippodrome, cynodrome, parc des sports de La Courneuve, actuellement Parc interdépartemental des sports de Marville
    Vue générale du cynodrome
    © La technique des travaux, n°10, octobre 1930
  • Saint-Denis-La Courneuve ; Hippodrome, cynodrome, parc des sports de La Courneuve, actuellement Parc interdépartemental des sports de Marville
    Le restaurant du cynodrome construit sur pilotis afin de ménager en dessous un espace pour les
    voitures des membres du club. Au pied du lampadaire, se dresse un groupe sculpté « Combat de panthères » réalisé par Georges Gardet et toujours visible aujourd’hui.
    © La Technique des travaux, n°10, oct. 1930.

La piste de l’ancien hippodrome est aménagée pour la pratique de « courses à l’américaine » (piste de 500 mètres parcourue par un lièvre électrique). Les courses ayant surtout lieu le soir, une attention très particulière est portée aux installations électriques, avec l’implantation de plus de 200 lampadaires en béton armé situés en grande partie autour de la piste afin d‘assurer un éclairage constant.
Comme pour l’hippodrome, tout porte à croire qu’aucune course de lévriers n’eut lieu, le ministère de l’Agriculture ayant refusé de délivrer l’autorisation du Pari Mutuel « qui permettait aux sociétés de courses de vivre financièrement en organisant des paris » (Regards, le journal de La Courneuve, n°250, 8-21 novembre 2007). Aucune trace ne subsiste de cet éphémère cynodrome, l’ensemble des bâtiments et installations ayant été progressivement démolies.

En 1930, le Conseil général de la Seine, qui avait acquis vers 1924 plus de 400 hectares répartis sur les communes de Stains, La Courneuve, Saint-Denis, Dugny et Le Bourget en vue de créer une cité-satellite, achète ces terrains à la SPE. Trois ans plus tard, ceux-ci sont répartis entre les 28 sociétés sportives demanderesses, parmi lesquelles figurent des associations de toute la région parisienne (Union sportive du Bazar de L’Hôtel de ville, l’Association sportive des sourds et muets de France, club sportif Babcock…). Les quelques « baraques » présentes sur le site, comme celles héritées de la Première Guerre mondiale et qui servaient au cantonnement des soldats ou d’entrepôt, font office de vestiaires.

La Courneuve, Parc Départemental Georges Valbon
Dénommé Parc Pétain sous le gouvernement de Vichy. (L’Architecture française, n°17-18, 1942)

Sous le gouvernement de Vichy, ce parc est inscrit à la fois dans le programme d’équipements sportifs du Département de la Seine, mais aussi intégré au projet plus vaste du Parc Pétain (ex cité-satellite). Il devait comprendre deux grands lacs reliés par une rivière canotable, un jardin zootechnique, cinq terrains de sports, un camping, des guinguettes et des jeux populaires.

Du parc des sports au parc interdépartemental des sports

Saint-Denis-La Courneuve ; Hippodrome, cynodrome, parc des sports de La Courneuve, actuellement Parc interdépartemental des sports de Marville -gymnase
Vue du gymnase construit au dos de la tribune d’honneur dans les années 1950
© Photo Guy Bréhinier / Département de la Seine-Saint-Denis, 2015

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et jusqu’à aujourd’hui, le parc des sports va connaître de profonds changements, des démolitions importantes mais aussi s’enrichir de nouveaux bâtiments. En premier lieu, un gymnase adossé à la tribune d’honneur est construit (C), puis en 1953 une étude d’ensemble est menée comprenant la construction de deux bâtiments vestiaires-douches, d’une piscine selon un axe nord-sud (Axe 2) et l’aménagement de 10 terrains de football, 4 terrains de rugby, des cours de tennis et enfin des terrains de volley-ball et de basket-ball.

Saint-Denis-La Courneuve ; Hippodrome, cynodrome, parc des sports de La Courneuve, actuellement Parc interdépartemental des sports de Marville
Parc des sports : plan d’ensemble/ Projet d’aménagement du terrain en conservant les jeux existants dressé par les architectes Raguenet et Maillard le 20 avril 1953.
© Archives de Paris, 99W148

Priorité sera donnée à la construction des vestiaires-douches, mettant ainsi fin aux critiques formulées par le journal L’Equipe en 1954, qui dénonçait la délicate situation dans laquelle se trouvaient les participants du cross-country, amenés à se déshabiller et à se laver dans des baquets placés dans les anciennes écuries. C’est ainsi qu’en 1955, les travaux débutent à La Courneuve soit sensiblement au moment où un nouveau bâtiment réunissant vestiaires et douches est également construit dans le parc des sports de Bobigny, lui aussi propriété du Département de la Seine. De forme rectangulaire, avec un patio? au centre et une façade écran symétrique de part et d’autre du corps d’entrée, ces deux équipements en brique qui se font face abritent également le logement du gardien, des bureaux et des locaux pour le stockage du matériel.

  • Saint-Denis-La Courneuve ; Champ de Courses, cynodrome, parc des sports de La Courneuve, actuellement Parc interdépartemental des sports de Marville
    L’un des deux bâtiments vestiaires-douches en brique construit à l’entrée du parc dans les années 1950
    © Photo Guy Bréhinier / Département de la Seine-Saint-Denis, 2015
  • Saint-Denis-La Courneuve ; Hippodrome, cynodrome, parc des sports de La Courneuve, actuellement Parc interdépartemental des sports de Marville - bassin-école
    Le bassin-école de natation préfabriqué par la Société d’Etudes de Spécialités est installé vers 1955 dans le parc
    © photos- archives du SIPS

L’édification d’une piscine sera quant à elle reportée et un bassin-école de natation préfabriqué néanmoins installé. C’est également à cette période qu’une partie des bâtiments de l’hippodrome est détruite (tribune réservée, pavillon de répartition et pari mutuel), puis une dizaine d’années plus tard, le portail d’entrée du cynodrome cédera sa place au passage de l’autoroute A1.

En 1970, suite à la création du département de la Seine-Saint-Denis, ce parc prend le statut de parc interdépartemental et sa gestion confiée au Syndicat Interdépartemental des Parcs des Sports de Paris et de la Seine-Saint-Denis. Il fait partie, avec celui de Bobigny, des cinq grands parcs des sports proches de Paris anciennement propriétés du Conseil général de la Seine. D’une surface de près de 33 hectares, il comprend à cette époque 14 terrains de football, 1 terrain de rugby, 1 gymnase, 1 bassin de natation de plein air, une tribune couverte et plusieurs bâtiments hérités de l’ancien hippodrome et du cynodrome.

  • Saint-Denis-La Courneuve ; Hippodrome, cynodrome, parc des sports de La Courneuve, actuellement Parc interdépartemental des sports de Marville
    L’entrée du cynodrome avec cette imposante structure? ? en béton qui encadre un médaillon représentant deux lévriers (La Technique des travaux, n°10, octobre 1930).
    © Département de la Seine-Saint-Denis
  • Saint-Denis-La Courneuve ; Hippodrome, cynodrome, parc des sports de La Courneuve, actuellement Parc interdépartemental des sports de Marville
    L’ancien portique du cynodrome réutilisé lors de la Fête de L’Humanité en septembre 1962. Le parc des sports accueillit cette manifestation de 1960 à 1961.
    © D.R. Mémoires d’Humanité / Archives départementales de la Seine-Saint-Denis

Cependant dès les années 1960, un vaste programme de réaménagement avait été arrêté. La première tranche (terrains sportifs) est confiée au paysagiste Jean Camand qui est chargé à la même époque de plusieurs commandes d’espaces verts liés à des opérations de logements (Sarcelles, Châlons-sur-Marne, Reims …). La seconde, revient à l’architecte-urbaniste Pierre A. Sabatier pour la réalisation d’un centre de natation (E).
Ouverte au public en 1975, il devient le premier équipement sportif construit sous ce nouveau statut. Les plans sont dressés vers 1966 (Pierre A. Sabatier (architecte) ; Sadowski (ingénieur) ; B.A.C.C.I. (Société de Béton Armé et Constructions Civiles et Industrielles (entreprise).

  • Saint-Denis-La Courneuve ; Hippodrome, cynodrome, parc des sports de La Courneuve, actuellement Parc interdépartemental des sports de Marville - vue extérieure de la piscine de Marville
    Le bassin olympique de plein-air est l’un des quatre bassins que comprend la piscine.
    © Photo Guy Bréhinier / Département de la Seine-Saint-Denis, 2015
  • Saint-Denis-La Courneuve ; Hippodrome, cynodrome, parc des sports de La Courneuve, actuellement Parc interdépartemental des sports de Marville -piscine de Marville
    Vue intérieure de la piscine interdépartementale de Marville, avec au premier plan, la fosse à plonger
    © Photo Guy Bréhinier / Département de la Seine-Saint-Denis, 2015

L’ensemble comprend quatre bassins : un bassin olympique (50 m de longueur) de plein air qui permet l’organisation et l’entraînement pour les compétitions, un bassin sportif de 25 m, un bassin d’apprentissage et une fosse à plonger. A l’exception du bassin olympique situé en plein air, les trois autres bassins sont regroupés au sein du bâtiment couvert par une toiture composée de coques en béton précontraintes (système Silberkuhl). Lieu de compétitions (Championnat d’été open des Maîtres d’Île-de-France), cette piscine aux voûtains inversés et aux panneaux moulés et décorés en façade (Paul Cheriau sculpteur) complète ainsi l’offre sportive dans ce secteur, la piscine de Saint-Denis, première piscine construite dans le nord-est parisien au début des années 1930, se situant en centre-ville.

A partir de la création du parc interdépartemental des sports, les deux axes de symétrie qui structurent le site sont confirmés. L’axe nord-sud est en effet renforcé par l’implantation de la nouvelle piscine interdépartementale de Marville et celui est-ouest pris en compte et consolidé en 1994 lors de la construction, face aux anciennes, de nouvelles tribunes de 10 000 places. Un stand de tir régional (F) (Roger Gilbert, architecte) est mis en service vers 1977, mais cette fois au sud du parc et dans la continuité de la piste de l’ancien champ de courses. Enfin, l’ensemble s’est enrichi au cours des années de nombreux terrains de sports (football, basket-ball, rugby, handball, tennis, pas de tir à l’arc) mais aussi d’un nouveau pavillon d’accueil (G) récemment construit, à l’entrée du parc, rue Roger Salengro.

Saint-Denis-La Courneuve ; Champ de Courses, cynodrome, parc des sports de La Courneuve, actuellement Parc interdépartemental des sports de Marville
Le stand de tir régional fermé depuis 2016
© Photo Guy Bréhinier / Département de la Seine-Saint-Denis, 2015

Site emblématique pour l’histoire du sport dans le nord-est parisien et d’un riche patrimoine sportif, ce parc est aujourd’hui partiellement préservé. Le secteur comprenant les arbres plantés lors de la première période a ainsi été protégé comme espace boisé classé et les trois bâtiments restants de l’ancien hippodrome, ainsi que la piscine, protégés en tant qu’édifices remarquables dans le cadre du Plan local d’Urbanisme approuvé en 2015 par la Ville de Saint-Denis. Rien ne subsiste en revanche du cynodrome.
Depuis près d’un siècle ce parc fut le lieu de nombreux événements sportifs et festifs : championnat de Paris de cross-country, arrivée du Grand Prix cycliste de l’Humanité, Pardon Breton...


SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE

• Archives municipales de La Courneuve
• Archives départementales de la Seine-Saint-Denis
• Archives du parc interdépartemental des sports de La Courneuve.
• Archives de la Ville de Paris
• Archives municipales de Saint-Denis
• Cité de l’Architecture et du Patrimoine/ Centre d’archives d’architecture du XXe siècle : 076 Ifa 1562/3 (fonds Hennebique).
• Cueille Sophie, « Le cheval de course en Île-de-France, une présence architecturale et paysagère », In Situ, n°18, 2012.
• « Le nouvel hippodrome de Saint-Denis-La Courneuve », Le sport universel illustré, n°904, 7 décembre 1913, pp. 788-791.
• « Le cynodrome de La Courneuve », La Technique des Travaux, n°10, 6e année, octobre 1930.
• « Un hippodrome à La Courneuve », Regards, le journal de La Courneuve, n°180, avril 2003.
• « Le mystère du cynodrome », Regards, le journal de La Courneuve, n°250, novembre 2007.
• Oger Marcel, « Les vestiaires de La Courneuve ? », L’Equipe, vers 1955.
• Caroux Hélène, Jungers Solange, Piscines en Seine-Saint-Denis : 1933-1997, des bords de Marne aux centres nautiques, Département de la Seine-Saint-Denis. Direction de la Culture, de la Jeunesse et du Sport. Bureau du patrimoine, Bobigny, 2005.
• Caroux Hélène (sous la dir. de), Sport et architecture en Seine-Saint-Denis. Les équipements sportifs de la banlieue du Nord-est Parisien, Paris, Ed. Dominique Carré, 2017.

Pour citer cet article

Caroux, Hélène Le parc interdépartemental des sports de Marville, Saint-Denis-La Courneuve. Histoire et architecture d’un hippodrome devenu parc des sports, Département de la Seine-Saint-Denis, Service du patrimoine culturel, 2018.