Lafarge Ivan - Le peuplement dans le nord-est du Bassin Parisien de La Tène au XIe s. : la vallée du ru de Montfort (Aubervilliers, Bobigny, Le Bourget, La Courneuve, Drancy, Pantin, Seine-Saint-Denis) - 1999

par Ivan Lafarge

Titre
Le peuplement dans le nord-est du Bassin Parisien de La Tène au XIe s. : la vallée du ru de Montfort (Aubervilliers, Bobigny, Le Bourget, La Courneuve, Drancy, Pantin, Seine-Saint-Denis)
Type de document
travail_universitaire
Auteurs
Lafarge Ivan
Date d’Édition
1999
Texte

A partir d’un inventaire archéologique incluant notamment la prise en compte des découvertes effectuées lors de la surveillance des travaux de terrassements de deux ouvrages électriques longs de plusieurs kilomètres, l’auteur tente, dans un mémoire qui obtenu la mention Très bien, de retracer l’évolution de l’organisation de l’espace de La Tène au 11e siècle dans la gouttière alluviale qui caractérise le centre du département de la Seine-Saint-Denis, de Bobigny à Saint-Denis. Le paysage paraît largement ouvert dès La Tène dans la plaine alluviale, espace voué à l’élevage et la céréaliculture. L’occupation gallo-romaine se caractérise par l’abandon massif des bas-fonds humides au bénéfice des zones de plateaux, la céréaliculture semblant s’étendre. Au Bas Empire on observe un regroupement de l’habitat, probablement lié à la fondation de plusieurs très grandes exploitations. L’attestation de points de peuplement mérovingien et la rareté de la microtoponymie forestière évoquent l’existence de terroirs fermement constitués bien avant l’an mil dans les zones de plaine alluviale. La renaissance carolingienne est perceptible par l’installation de villae, liées à l’essor du domaine de l’abbaye de Saint-Denis et pour la plupart associées à un lieu de culte. L’apparition probable de l’assolement triennal en rapport avec cet essor à une période que l’on peut situer dans la première moitié du 9e siècle en est une autre manifestation. Les 10e et 11e siècles sont mal connus et apparaissent comme une période où l’expansion est arrêtée, probablement depuis la crise de la fin de l’empire carolingien. La féodalité entraîne des divisions spatiales importantes, alors que se fixent les habitats dans le cadre paroissial. Par l’érection de la plupart des paroisses, les 11e et 12e siècle voient s’installer les villages hérités du réseau des exploitations rurales carolingiennes, qui persistent jusqu’à la période contemporaine dans un terroir fermement structuré. Ces résultats concordent avec les données connues dans le Pays de France, et il ne fait pas de doute que ce secteur s’intègre sans problème dans cette entité géographique.

Autres auteurs ou Éditeurs scientifiques
Service du patrimoine culturel de la Seine-Saint-Denis
Collation de l’article ou du chapitre
2 vol. 168 p. - annexes
Travaux universitaires
Mémoire de maîtrise : archéologie : université Paris I : 1999
Localisation
Service du patrimoine culturel de la Seine-Saint-Denis, Epinay-sur-Seine
Cote
I620.LAF(5-5.II)
Vedette
lafarge 1998c

Documents

Le peuplement dans le nord-est du Bassin Parisien de La Tène au XIe s. : la vallée du ru de Montfort (Aubervilliers, Bobigny, Le Bourget, La Courneuve, Drancy, Pantin, Seine-Saint-Denis)

N° 1026115 - pdf Détails
Crédits Crédits non renseignés
Poids 12.3 Mo
Date 14 novembre 2016
Fichier maitrise_archeologie_peuplement_ne_parisien.pdf