Les collèges de Seine-Saint-Denis

Les collèges de Seine-Saint-Denis

6 décembre 2016 , par Agnès Paty, Cécile Katz

Cette ressource réunit une documentation qui s’adresse à tous les publics.
Parmi eux les acteurs de la communauté scolaire y trouveront, notamment, matière à développer de nombreuses activités pédagogiques.

Les collèges, lieux d’éducation, d’apprentissage et de transmission du savoir, sont des édifices publics majeurs qui offrent en Seine-Saint-Denis un panorama de l’architecture scolaire couvrant plus d’un siècle.
Par leurs architectures, ces bâtiments constituent de précieux témoignages des évolutions des politiques éducatives depuis la fin du XIXe siècle jusqu’aux lois de décentralisation?, qui transfèrent en 1986 aux Départements la responsabilité de la construction et de l’entretien des collèges. Depuis cette date, ce patrimoine s’est enrichi de réalisations de grande qualité, lieux à découvrir pour leur histoire et leur écriture architecturale sans cesse renouvelée.

Un outil pour connaître l’architecture des collèges

L’atlas des collèges, grâce à son contenu descriptif et à sa richesse iconographique, s’adresse à toutes les personnes qui travaillent au sein même des collèges : professeurs, élèves, personnels administratifs et techniques, associations de parents d’élèves… Il propose également une base documentaire aux professionnels qui conduisent des projets sur le territoire : architectes, techniciens, élus, maîtres d’ouvrage… Ces derniers y trouveront notamment, pour chaque collège, une reconstitution des différentes étapes de son évolution architecturale. Cet atlas est un outil complémentaire de l’ouvrage publié en 2006 sur le patrimoine scolaire : "A l’école du patrimoine, l’architecture scolaire : l’exemple de la Seine-Saint-Denis" / Baratault, Anne-Claire - Editions du Scérén-CRDP et Conseil Général de la Seine-Saint-Denis.

Une documentation pour découvrir l’architecture des collèges

Chaque collège fait l’objet d’une fiche réalisé par le CAUE 93 qui décrit précisément son architecture, sa situation dans le quartier, et l’organisation de ses différents espaces, documentés par des plans et des photographies des bâtiments. Chaque fiche donne aussi des informations complètes concernant les différents acteurs de la construction, les surfaces, le programme… Les notices sont conçues comme des visites virtuelles des lieux pour mieux appréhender l’espace architectural. Ainsi le texte et les images guident le regard, les documents graphiques (dessins et plans) proposent des représentations de l’espace, l’ensemble de ces éléments permettant la compréhension de l’architecture. Pour les établissements les plus anciens, une chronologie précise est proposée permettant de comprendre l’évolution de la construction au cours du temps. Des documents anciens apportent également un éclairage intéressant sur l’histoire parfois méconnue de ces lieux.

Une diversité d’édifices qui reflète l’évolution des politiques éducatives

Le corpus, constitué de l’ensemble des collèges du département, couvre une période allant de 1873 à aujourd’hui.
Une grande diversité de bâtiments est ainsi représentée : des anciens groupes scolaires « Jules Ferry » reconvertis en collèges aux établissements actuels, sans oublier ceux qui furent construits avec les procédés de l’industrialisation lorsque les exigences imposèrent le rythme de construction d’un collège par jour. Ce corpus comprend donc trois principaux groupes :

Les collèges installés dans d’anciens groupes scolaires construits entre 1873 et 1936, sous la IIIe République.

Dès avant la Première Guerre mondiale un véritable dispositif législatif en faveur d’une école laïque, gratuite et obligatoire, fixe durablement les bases de l’école républicaine et organise son cadre matériel à travers des modèles de construction pour les écoles. Si les ensembles scolaires qui voient le jour avant la Première Guerre traduisent le rationalisme? de "l’école Jules Ferry", ceux de l’entre deux guerres laissent plus de place à l’innovation, exprimant à la fois l’évolution de l’école et celle des modèles architecturaux, influencés par le Mouvement moderne?. La fin des années 30, marquée par la menace de la Seconde Guerre mondiale va connaître un fléchissement de la construction, qui ne reprendra qu’après guerre. Ces collèges sont aujourd’hui pour la plupart rénovés et/ou restructurés.

Les collèges construits après la Seconde Guerre mondiale, entre les années 50 et les années 80, avant la décentralisation.

Une importante réflexion sur l’évolution de l’école et sur l’enseignement accompagne la reconstruction après la guerre. À partir de la fin des années 50, les collèges seront construits sous l’égide de l’État. Celui-ci impose la rationalisation? de la construction des collèges, et des délais très courts de construction. Il s’agit de pallier l’urgence des besoins face à l’accroissement brusque et massif des effectifs scolaires (baby-boom, scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans). Les collèges sont alors pour la plupart des bâtiments réalisés en éléments préfabriqués de métal ou béton, selon des procédés industrialisés. Ce mode de production connaîtra son apogée au début des années 70. Dans cet ensemble d’établissements, les collèges en béton sont progressivement restructurés et rénovés et les collèges métalliques remplacés par des établissements neufs.

Les collèges, y compris les plus récents, construits par le Département.

Avec les lois de décentralisation à partir de 1982, l’État transfère la responsabilité de l’entretien et de la construction des établissements scolaires aux collectivités locales : à la Région, les lycées ; aux Départements, les collège ; et aux Communes, les écoles.
Cette période voit l’éclosion d’une architecture qui s’affranchit des modèles standardisés et qui propose une pluralité de réponses dans un contexte où jusqu’alors régnait l’uniformité. L’expérimentation et le renouveau architectural vont traduire l’évolution des pratiques pédagogiques.
Ce patrimoine scolaire totalise désormais 125 établissements qui accueillent aujourd’hui près de 70 000 élèves.

Face à l’état de vétusté du patrimoine scolaire transféré, la priorité des élus du Département s’est d’abord portée sur la reconstruction des collèges métalliques et la disparition progressive des collèges dépassant 1000 élèves. Elle s’est traduite par la construction de collèges neufs à taille humaine et adaptés aux nouvelles exigences pédagogiques. Si la remise en cause du modèle de l’école du XIXe siècle (couloirs rectilignes, cour fermée,...) et des modèles standardisés des années 60-70 a pu déboucher sur la création d’"objets architecturaux", la concertation et le dialogue avec les communautés éducatives (villes, Inspection académique, enseignants, parents d’élèves et collégiens) ont permis d’améliorer les programmes en termes de surfaces et de fonctionnalités.

Le Département a ainsi développé un programme type. Ces vingt ans d’expérience ont fait évoluer l’approche architecturale des collèges en offrant une meilleure réponse aux besoins des utilisateurs et en améliorant la qualité de vie et d’enseignement au bénéfice de la réussite des collégiens.

Liste des notices d’inventaire des collèges

30 sur 43 patrimoines
Titre Commune Code site Code IA Nbre de documents
Collège Antoine-de-Saint-Exupery Noisy-le-Grand 051inv901 0930883E 5
Collège Pierre-Sémard Bobigny 008inv902 29
Collège Colonel-Fabien Montreuil 048inv900 0931213N 3
Collège Évariste-Galois Sevran 071inv900 0931190N 21
Collège du-Parc (ancien groupe scolaire du Parc) Aulnay-sous-Bois 005inv903 0931189M 92
Collège Pablo-Neruda Gagny 032inv901 62
Collège Albert-Camus Rosny-sous-Bois 064inv900 0930586G 3
Collège Denis-Diderot (ancien groupe scolaire Paul-Doumer) Aubervilliers 001inv188 0931186J 90
Collège Didier-Daurat (ancien groupe scolaire Edgar-Quinet) Le Bourget 013inv900 0931187K 48
Collège Clos-Saint-Vincent Noisy-le-Grand 051inv902 0931214P 3
Collège Georges-Politzer Montreuil 048inv905 0931209J 23
Collège Georges-Brassens Sevran 071inv901 0931979W 14
Collège Georges-Politzer Bagnolet 006inv900 0931181D 65
Collège Eugène-Carrière Gournay-sur-Marne 033inv900 0931382X 3
Collège Federico-Garcia-Lorca Saint-Denis 066inv075 0931489N 26
Collège Gabriel-Péri Aubervilliers 001inv900 0931185H 46
Collège Georges-Politzer La Courneuve 027inv900 0931148T 37
Collège Anatole-France (anciennes école Jean-Macé et école Aristide-Briand 1932) Les Pavillons-sous-Bois 057inv900 0930089S 9
Collège Albert-Camus Neuilly-sur-Marne 050inv900 0931228E 60
Collège Camille-Claudel Villepinte 078inv900 0932263E 3
Collège Aimé-et-Eugénie-Cotton Le Blanc-Mesnil 007inv900 0930884F 3
Collège Alfred-Sisley L'Ile-Saint-Denis 039inv900 0931765N 48
Collège Colonel-Fabien Saint-Denis 066inv900 0931229F 51
Collège Christine-de-Pisan Aulnay-sous-Bois 005inv900 0932310F -
Collège Anatole-France (reconstruction 1994) Drancy 029inv093 0930892P 12
Collège Éric-Tabarly Les Pavillons-sous-Bois 057inv901 0930100D 55
Collège Georges-Braque Neuilly-sur-Marne 050inv901 0931485J 3
Collège Françoise-Dolto Villepinte 078inv901 0932038K 45
Collège Descartes Le Blanc-Mesnil 007inv901 0931433C 3
Collège Édouard-Herriot Livry-Gargan 046inv900 0930619T 21

0 | 30 | Tout afficher

Les Acteurs

- le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement de la Seine-Saint-Denis - Caue 93
- la Direction des services départementaux de l’Éducation nationale de la Seine-Saint-Denis
- Le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis

Remerciements

Nos remerciements s’adressent à tous ceux qui contribuent à la réalisation de l’Atlas des collèges et en particulier :

- À la communauté scolaire des collèges de Seine-Saint-Denis
- Aux architectes qui ont accepté de mettre à notre disposition leurs documentation, plans et photographies
- Aux villes de la Seine-Saint-Denis que nous avons sollicitées
- Aux Archives départementales
- À Anne Thiébaut, archives de Stains
- À Geneviève Michel, archives de Pantin
- Au service des archives d’Épamarne-Épafrance
- À L’Office public de l’habitat de Seine-Saint-Denis
- À Annette Wieviorka, historienne, directrice de recherche au CNRS
- À Anne-Claire Baratault, historienne
- À Patrick Tourneboeuf, Philippe Ruault, Michel Derouault, Stephan Lucas, photographes