Marta Pan

Informations

Civilité
Mme
Nom
Pan
Prénom
Marta
Fonction
Sculptrice
Description

Née en 1923, elle arrive en 1947 à Paris, où elle fait la connaissance de Brancusi, après des études aux Beaux-arts de Budapest. Elle fréquente alors l’atelier de Le Corbusier où elle rencontre le plus proche collaborateur de ce dernier, l’architecte André Wogenscky, qui deviendra son mari. Elle attache de l’importance au lien de l’œuvre avec son environnement et, dès ses débuts, s’intéresse aux formes organiques, qu’elle transpose dans un langage plastique abstrait. Ses premières sculptures sont composées d’éléments combinés, modulables, qui conservent chacun leur indépendance. Le mouvement – de l’eau, car ses sculptures sont le plus souvent installées sur des plans d’eau – induit une série de variations de formes, suivant un rythme infini (Sculpture flottante, 1961). Elle utilise d’abord le bois (1954-1960) et certaines œuvres (Équilibre, 1957 ; Teck, 1958) serviront de décors pour des spectacles de danse contemporaine, inspirant même des chorégraphies (Maurice Béjart). Balance en deux constitue sa première commande monumentale réalisée pour le parc du musée Kröller-Müller d’Otterlo, aux Pays-Bas (1961). Suivront d’autres œuvres : pour la Maison de la culture de Grenoble, en collaboration avec son mari (1967) ; pour la faculté de médecine de Saint-Antoine (1964) ; pour le Parlement européen de Luxembourg ; pour les entrées de la station de métro Auber (1972). Elle exploite les qualités nouvelles des matériaux industriels les plus récents comme l’aluminium oxydé, le Plexiglas ou le polyester. Elle réalise un Mur d’eau pour l’entrée du bâtiment de l’assemblée régionale de Rennes (1984) et un Parcours flottant (1986) dans le domaine de Kerguéhennec à Bignan (Morbihan). La galerie? Arnaud, à Paris, a soutenu son travail en l’exposant régulièrement (1952-1968), en même temps que les musées qui lui ont consacré des rétrospectives. Elle est présente au Salon des Réalités nouvelles depuis 1950, à la Triennale de Milan, au salon Comparaisons, à la Biennale de Paris et au Salon de Mai. Le couple a laissé à Saint-Rémy-lès-Chevreuse une maison-manifeste, construite par André Wogenscky, ouverte sur la nature, avec laquelle ses sculptures en acier dialoguent.

En Seine-Saint-Denis, elle réalise notamment une sculpture flottante pour la Préfecture de Bobigny en 1971 et un mur d’eau pour la Cité des 4000 de La Courneuve en 1989.

Référentiel contacts/organisations
Aucun organisation