Mégisserie Combe et Cie, puis garage de vente automobiles DIAC, actuellement foyer de travailleurs et dépôt d'autobus

Mégisserie Combe et Cie, puis garage de vente automobiles DIAC, actuellement foyer de travailleurs et dépôt d’autobus

Combe et Oriol, puis A. Combe et fils et cie, puis Société des anciens établissements A.Combe et fils et cie, actuellement foyers et Société Paris-Beauvais

par Antoine Furio, Cécile Katz, Lisa Caliste

Le bâtiment, ancienne centrale thermique, aujourd’hui intégré à l’emprise d’un foyer des travailleurs migrants, constitue le dernier vestige de la peausserie Combe & fils. Implanté en 1879, cet établissement, représentatif d’un secteur d’activité ancrée de longue date à Saint-Denis, était considéré comme le plus important de la ville.

Spécialisée dans la mégisserie et la teinturerie des peaux de chevreaux, veaux, poulains, et moutons pour la chaussure fine, l’entreprise fut la première en France à adopter le tannage au chrome en substitution de l’ancien tannage à l’alun. Le procédé importé des États-Unis en 1899 permit à la maison Combe de maintenir sa primauté industrielle et d’étendre considérablement ses installations. L’usine placée à l’origine en bord de Seine, dans un secteur marqué par l’industrie chimique grande utilisatrice d’eau, fut amplement remaniée durant les premières années du XXe siècle. L’emprise s’étendit de part et d’autre de l’actuelle place Jean Poulmarch, puis, de l’autre côté de la rue Charles Michel, sur un vaste terrain raccordé au chemin de fer du Nord pour former un ensemble de plus de 4,5 ha.
Cette expansion s’accompagne d’un doublement des effectifs qui atteignent plus de 2 000 ouvriers, pour une production quotidienne de 2 000 douzaines de peaux noires et couleurs en s’appuyant sur une force motrice de 2 000 chevaux vapeur. L’entreprise qui possède d’autres établissements à Annonay, berceau historique de la maison, Lagny et Villeneuve-la-Garenne ouvre à la même époque des filiales à Barcelone (1911) et Buenos Aires (1912) ainsi qu’une importante succursale à Londres.
Après la période d’euphorie des années 1920-30, l’entreprise subit au lendemain de la Seconde Guerre mondiale une vive concurrence étrangère. Le déclin inexorable s’achève par la fermeture du site dionysien en 1965 et le transfert de ses activités ainsi qu’une partie des 360 ouvriers à Annonay. Repris par plusieurs entreprises dont la Diac, filiale de Renault pour la diffusion automobile, et les cars Pullman, le site a dès lors profondément muté. Dans les années 2000, la quasi totalité a été détruite pour permettre la construction d’un foyers de travailleurs, un immeuble de bureaux ou des aires de stationnement pour cars.

La centrale thermique, dernier bâtiment en place de la peausserie, témoigne de la réussite passée de cet établissement. Construite à la fin du XIXe siècle pour alimenter les installations mécaniques, les séchoirs à peaux et autres appareils de chauffage, elle présente un dessin et une mise en œuvre soignés, symbolisant la puissance et la modernité de l’usine. La structure? particulièrement massive se compose de pièces métalliques rivetées laissées apparentes en façade, et agrémentées d’éléments décoratifs : doubles consoles en volutes et rosettes métalliques. A l’intérieur, le sentiment de massivité est aussi prégnant. La charpente est constituée de six fermes cintrées, assemblées par rivetage de fers laminés, dimensionnées pour contenir les vibrations de machines à vapeur.
Une partie en sous pente, faisant originellement la jonction avec l’atelier à étage, est percée d’arcs en plein-cintre en métal qui répondent aux ouvertures en anses de panier des façades sud et est. Visibles depuis les cours de l’établissement, ces deux façades présentent des décors de briques vernissées en partie haute. Caractéristiques de l’ornementation de brique, ces formes géométriques se retrouvent à l’intérieur de la halle, de manière plus abondante, sur le revêtement en faïence de type Boulenger. Ces motifs, ainsi que le dessin des baies, très proches des autres ateliers construits vers 1900 le long de la rue Charles Michels, permettent de rattacher ce bâtiment à une des périodes de modernisation de l’établissement.

Au-delà de l’intérêt architectural de sa centrale thermique et de son importance pour l’histoire industrielle, l’établissement Combe joua également un rôle prépondérant dans l’essor du logement ouvrier. Le négociant philanthrope Willy Blumenthal qui est à l’initiative de la première cité-jardin de la région parisienne a été accompagné dans sa démarche par Charlotte Combe, épouse du dirigeant de la peausserie avec lequel Blumenthal était associé. Construit à Epinay-sur-Seine entre 1907 à 1917, cet ensemble était destiné notamment aux ouvriers des établissements Combe et Blumenthal.

Date de construction
1880
Organisme
CAUE 93 ; service du patrimoine culturel de la Seine-Saint-Denis
Date de rédaction
2007; 2018
Code site
066inv002
Date de découverte ou d'enquête
1993
Destination successive
foyers de travailleurs; dépôt d'autobus
Source
inventaire départemental
Auteur
Chameroy Henri (architecte)
Qualification de datation
campagne(s) de construction
Parties constituantes
centrale thermique
Servitude protection
sans objet

Illustrations

Saint-Denis ; Mégisserie Combe et Cie, puis garage de vente automobiles DIAC, actuellement foyer de travailleurs et dépôt d’autobus - Intérieur de la centrale

Vue intérieure de l’ancienne centrale et détail des charpentes.
N° 1027057 - jpg - 1024 × 768 pixels Détails
Crédits Photo Antoine Furio (c) Département de la Seine-Saint-Denis
Dimensions 1024 × 768 pixels
Résolution 0.8 Mpx
Poids 70 ko
Date 6 juin 2002
Fichier 31392.jpg

Saint-Denis ; Mégisserie Combe et Cie, puis garage de vente automobiles DIAC, actuellement foyer de travailleurs et dépôt d’autobus - Intérieur de la centrale

Vue intérieure de l’ancienne centrale thermique, détail des charpentes et du revêtement en faïence (...)
N° 1027058 - jpg - 1024 × 768 pixels Détails
Crédits Photo Antoine Furio (c) Département de la Seine-Saint-Denis
Dimensions 1024 × 768 pixels
Résolution 0.8 Mpx
Poids 75.3 ko
Date 6 juin 2002
Fichier 31393.jpg

Saint-Denis ; Mégisserie Combe et Cie, puis garage de vente automobiles DIAC, actuellement foyer de travailleurs et dépôt d’autobus - Gravure ancienne

Gravure ancienne des établissements Combes (s.d.).
N° 13244 - jpg - 872 × 566 pixels Détails
Crédits © Département de la Seine-Saint-Denis
Dimensions 872 × 566 pixels
Résolution 0.5 Mpx
Poids 438.2 ko
Date 15 mai 2007
Fichier gravure_ancienne_combe.jpg

Saint-Denis ; Mégisserie Combe et Cie, puis garage de vente automobiles DIAC, actuellement foyer de travailleurs et dépôt d’autobus - Vue de la centrale thermique

Ancienne centrale thermique des établissements Combe.
N° 1027055 - jpg - 640 × 425 pixels Détails
Crédits Photo Jacques Mangin (c) Département de la Seine-Saint-Denis
Dimensions 640 × 425 pixels
Résolution 0.3 Mpx
Poids 65.8 ko
Date 6 juin 2011
Fichier 31387.jpg

Saint-Denis ; Mégisserie Combe et Cie, puis garage de vente automobiles DIAC, actuellement foyer de travailleurs et dépôt d’autobus - Façade centrale

Façade est de l’ancienne centrale thermique.
N° 1027056 - jpg - 1024 × 1365 pixels Détails
Crédits Photo Jacques Mangin (c) Département de la Seine-Saint-Denis
Dimensions 1024 × 1365 pixels
Résolution 1.4 Mpx
Poids 149.8 ko
Date 6 juin 2011
Fichier 31390.jpg

Saint-Denis ; Mégisserie Combe et Cie, puis garage de vente automobiles DIAC, actuellement foyer de travailleurs et dépôt d’autobus - Plan d’ensemble

Plan d’ensemble des établissements Combe en 1961.
N° 1027052 - jpg - 1431 × 1836 pixels Détails
Crédits (c) Archives Départementales de la Seine-Saint-Denis, 1324w294
Dimensions 1431 × 1836 pixels
Résolution 2.6 Mpx
Poids 484.1 ko
Date 6 juin 2018
Fichier p1000214vg.jpg

Saint-Denis ; Mégisserie Combe et Cie, puis garage de vente automobiles DIAC, actuellement foyer de travailleurs et dépôt d’autobus - Plan d’ensemble

Plan d’ensemble des établissements Combe en 1924.
N° 1027053 - jpg - 1490 × 1475 pixels Détails
Crédits (c) Archives Départementales de la Seine-Saint-Denis, 1324w294
Dimensions 1490 × 1475 pixels
Résolution 2.2 Mpx
Poids 598.1 ko
Date 6 juin 2018
Fichier p1000215vg.jpg

Saint-Denis ; Mégisserie Combe et Cie, puis garage de vente automobiles DIAC, actuellement foyer de travailleurs et dépôt d’autobus - Papier à entête

Papier à entête des établissements Combe et Oriol de 1895 présentant le site de Saint-Denis à la (...)
N° 1027054 - jpg - 1241 × 1574 pixels Détails
Crédits (c) Archives Départementales de la Seine-Saint-Denis, 1324w294
Dimensions 1241 × 1574 pixels
Résolution 2.0 Mpx
Poids 311.7 ko
Date 6 juin 2018
Fichier 31396.jpg
Type d’étude et de recherche

Localisation
  • 50-64 rue Charles Michels
  • 50-64 rue Charles Michels
  • 50-64 rue Charles Michels
  • 50-64 rue Charles Michels
Chronologies