N°85 à 105 Cet alignement est ponctué par la présence de deux petits immeubles à deux et trois étages (n°85ter et 87), dominant des maisons à un ou deux niveaux. Ces deux immeubles de facture différente, situés dans la courbe de la rue, s’imbriquent avec

Document :

N°85 à 105
Cet alignement est ponctué par la présence de deux petits immeubles à deux et trois étages (n°85ter et 87), dominant des maisons à un ou deux niveaux. Ces deux immeubles de facture différente, situés dans la courbe de la rue, s’imbriquent avec
N°85 à 105
Cet alignement est ponctué par la présence de deux petits immeubles à deux et trois étages (n°85ter et 87), dominant des maisons à un ou deux niveaux. Ces deux immeubles de facture différente, situés dans la courbe de la rue, s’imbriquent avec talent malgré des façades très dissemblables. Ces dernières composées de plusieurs corps en redent? ? semblent résulter d’une utilisation optimale de l’étroitesse de la parcelle de façon à avoir un maximum de développé sur la rue. Le n°85bis, à des façades en brique polychrome? ? rehaussées d’éléments en plâtre mouluré. Il date probablement des années 1920-1930 et il est signé de H Ponsot architecte (plaque sur la façade). Le n°87 possède des façades en meulière ornées de frises de brique peintes de couleur vives. Ces deux immeubles, soignés, sont intéressant par leur juxtaposition à priori inattendue, mais réussie.
Les pavillons sont dans l’ensemble alignés, mitoyens, mais tous de style différents. Ils forment côte à côte un catalogue assez complet du pavillon? ? de banlieue, de la maisonnette de brique, sommaire, seulement agrémentée d’un motif de brique polychrome (n°95-105-107), au pavillon plus cossu, aux murs de meulière, avec des exemples de ses différentes mises en oeuvre, orné d’éléments en plâtre mouluré et de garde corps soignés (n°97 à 101). Comme souvent aux Lilas, une maison contemporaine est venue s’insérer avec discrétion tout en affirmant ses références modernes (n°103) (1996 architecte Roberto Baltasar. PC n° 093 045 96 0004).
Photo Marie-Françoise Laborde © Département de la Seine-Saint-Denis
Descriptif

N°85 à 105
Cet alignement est ponctué par la présence de deux petits immeubles à deux et trois étages (n°85ter et 87), dominant des maisons à un ou deux niveaux. Ces deux immeubles de facture différente, situés dans la courbe de la rue, s’imbriquent avec talent malgré des façades très dissemblables. Ces dernières composées de plusieurs corps en redent? semblent résulter d’une utilisation optimale de l’étroitesse de la parcelle de façon à avoir un maximum de développé sur la rue. Le n°85bis, à des façades en brique polychrome? rehaussées d’éléments en plâtre mouluré. Il date probablement des années 1920-1930 et il est signé de H Ponsot architecte (plaque sur la façade). Le n°87 possède des façades en meulière ornées de frises de brique peintes de couleur vives. Ces deux immeubles, soignés, sont intéressant par leur juxtaposition à priori inattendue, mais réussie.
Les pavillons sont dans l’ensemble alignés, mitoyens, mais tous de style différents. Ils forment côte à côte un catalogue assez complet du pavillon? de banlieue, de la maisonnette de brique, sommaire, seulement agrémentée d’un motif de brique polychrome (n°95-105-107), au pavillon plus cossu, aux murs de meulière, avec des exemples de ses différentes mises en oeuvre, orné d’éléments en plâtre mouluré et de garde corps soignés (n°97 à 101). Comme souvent aux Lilas, une maison contemporaine est venue s’insérer avec discrétion tout en affirmant ses références modernes (n°103) (1996 architecte Roberto Baltasar. PC n° 093 045 96 0004).

Crédits
Photo Marie-Françoise Laborde © Département de la Seine-Saint-Denis

Image :

Source
prise de vue directe
Date de création - date de prise de vue
2006
Service producteur
Service du patrimoine culturel de la Seine-Saint-Denis
Droits de diffusion
communication libre - reproduction soumise à autorisation
Un patrimoine documenté
  • Ensemble de logements, n°85-105 rue Henri Barbusse