Petite galerie gauloise : Bobigny

Petite galerie gauloise : Bobigny

11 juin 2021 , par Caroline Hoerni

Les plus anciennes traces archéologiques d’une fréquentation de la commune actuelle de Bobigny remontent apparemment à l’Âge du Bronze, il y a 4000 ans, mais ces vestiges sont ténus. En revanche, dès les années 350 avant notre ère, les indices sont clairs : la partie ouest de Bobigny est habitée par les Gaulois ! Ce que les archéologues ont retrouvé sous la ville actuelle n’est pas toujours évident à interpréter. En effet, les fenêtres de fouille s’ouvrent au gré des constructions et des aménagements de l’espace urbain...

C’est ainsi que des sites archéologiques extrêmement importants ont été découverts à Bobigny : une vaste nécropole du 3e siècle avant notre ère, comptant plus de 500 tombes (mais pas d’habitat associé à ce cimetière) ; un gros village qui se développe à partir du 2e siècle, où de nombreux témoignages d’artisanat métallurgique et verrier ont été retrouvés (mais pas de nécropole dépendant de cette agglomération.) Il reste encore beaucoup à découvrir et à comprendre concernant le Bobigny gaulois. Les archéologues y travaillent, et, grâce aux opérations archéologiques en cours au stade départemental de La Motte, ils espèrent collecter de nouvelles données qui combleront ces vides de l’histoire.

Voici quelques fragments du quotidien des Gaulois qui vivaient à Bobigny, révélé par des objets souvent communs, parfois surprenants, parfois exceptionnels.

  • Une fibule?
    Fibule? ? en alliage cuivreux, ornée au sommet d’une pastille de verre opaque, rouge sombre ; la pastille est rivetée par une petite plaque décorée de traits parallèles imitant des pétales de fleur. Ces broches sont des éléments de parure très caractéristiques : à chaque période, sa forme. Celle-ci date d’entre 350 et 300 avant notre ère.
    Fouilles de la ZAC Vache-à-l’Aise
    Coll. Bureau du patrimoine archéologique de la Seine-Saint-Denis
    Inv. : VAC708/6
    Photo © Emmanuelle Jacquot / Département de la Seine-Saint-Denis
  • Une perle et des bracelets
    Une perle en ambre et cinq bracelets en lignite? ?, mis au jour dans des tombes de la nécropole gauloise de Bobigny ; les deux petits bracelets appartenaient à des enfants. Ces bijoux ont été fabriqués entre 300 et 200 avant notre ère.
    Fouilles de l’hôpital Avicenne
    Coll. Bureau du patrimoine archéologique de la Seine-Saint-Denis
    Inv. : AVI913/2-I.054 ; AVI2237/2-I.356 ; AVI1084/2-I.013 ; AVI859/1-I.042 ; AVI886/2-I.045 (g.-dr., h.-b.)
    Photo © Emmanuelle Jacquot / Département de la Seine-Saint-Denis

.

  • L’armement d’un guerrier
    Armement de guerrier en fer, retrouvé dans une tombe à inhumation de la nécropole gauloise de Bobigny : une épée dans son fourreau et sa chaîne de suspension, un umbo de bouclier, une pointe de lance et une fibule? ?. Les éléments en bois ont disparu : le bouclier, le manche de la lance, la garde de l’épée. Cet équipement date des années 300 à 200 avant notre ère.
    Fouille de l’hôpital Avicenne
    Coll. Bureau du patrimoine archéologique de la Seine-Saint-Denis
    Inv. AVI895/2, 3, 5, 6
    Photo © Emmanuelle Jacquot / Département de la Seine-Saint-Denis
  • Trois poteries
    Trois poteries déposées dans une tombe à incinération de la nécropole gauloise de Bobigny : deux pots et une écuelle. Le vase haut servait d’urne pour recueillir les cendres de la personne incinérée, et l’écuelle était utilisée comme couvercle. Seules 20 crémations, sur 519 sépultures, ont été identifiées dans ce cimetière. Elles ont été façonnées au tour de potier, entre 300 et 200 avant notre ère.
    Fouilles de l’hôpital Avicenne
    Coll. Bureau du patrimoine archéologique de la Seine-Saint-Denis
    Inv. AVI2274/1, 2, 3
    Photo © Emmanuelle Jacquot / Département de la Seine-Saint-Denis

.

  • Un moule à bracelets
    Fragment de moule en grès, destiné à la fabrication de bracelets. Il porte l’empreinte de quatre bracelets, dont les joncs sont ornés d’un motif en tresse, où était versé le métal en fusion.. Il était utilisé entre 200 et 140 avant notre ère.
    Fouille de la ZAC Vache à l’Aise
    Coll. Bureau du patrimoine archéologique de la Seine-Saint-Denis
    Inv. VAC1838/1
    Photo © Emmanuelle Jacquot / Département de la Seine-Saint-Denis
  • Un pendentif
    Pendentif aménagé dans une défense de sanglier : la base de ce bijou est perforée et était enserrée dans un bandeau métallique. Il était porté dans les années 200-175 avant notre ère.
    Fouille de la ZAC Vache à l’Aise
    Coll. Bureau du patrimoine archéologique de la Seine-Saint-Denis
    Inv. VAC551/7
    Photo © Emmanuelle Jacquot / Département de la Seine-Saint-Denis

.

Quatre potins
Quatre potins découverts au fond d’un puits, collés les uns aux autres.
Le revers représente un sanglier aux soies hérissées et un loup, affrontés.
Les potins sont des pièces de faible valeur, en alliage de mauvaise qualité, très courantes.
Ces monnaies ont été moulées entre 125 et 50 avant notre ère.
Fouilles de l’hôpital Avicenne, bâtiment d’hospitalisation
Coll. Bureau du patrimoine archéologique de la Seine-Saint-Denis
Inv. : AVI1964/1/1
Photo © Emmanuelle Jacquot / Département de la Seine-Saint-Denis