Piscine municipale Félix-Faure et bains-douches, actuellement sans affectation

Piscine municipale Félix-Faure et bains-douches, actuellement sans affectation

Piscine municipale

18 décembre 2018 , par Hélène Caroux

Inaugurée le 1er octobre 1933 devant près de 30 000 travailleurs, la piscine du boulevard Félix-Faure, est le premier équipement de ce type construit dans la banlieue du nord-est de Paris. Inspirée de la piscine de la Butte-aux-Cailles, équipement innovant édifié à Paris en 1924, elle illustre les nouvelles préoccupations hygiénistes dans ce domaine et contribue à l’époque à faire de Saint-Denis l’une des villes les mieux dotées en équipements.

Hygiène et loisirs, une préoccupation déjà ancienne

La détermination de la Ville de Saint-Denis à se doter d’un tel équipement remonte à la fin du XIXe siècle. Dès 1896, à la suite de la décision prise en séance du 20 octobre d’installer une piscine municipale comme il en existe à Paris (Château-Landon 1884, boulevard de la gare 1895...), une commission présidée par l’architecte Ed. Blanchard, également adjoint au maire, est en charge d’étudier ce projet. Pour les conseillers municipaux, l’établissement d’une telle piscine « où les bains [sont] gratuits [permettrait] de rendre de grands services à la population ouvrière en lui permettant de se donner les soins hygiéniques qui deviennent un véritable délassement pour l’ouvrier enfermé toute la semaine et aussi pour les enfants de nos écoles » (AMSD 1D1045, CR du 20 octobre 1896, pp.116-117). Le site pressenti pour l’établissement de ces bains populaires et d‘une école de natation à eau chaude d’hiver et d’été se situe près de la Porte de Paris à proximité du bassin du canal dont l’eau devait alimenter le bassin. Confié à l’ingénieur Edmond Philippe, auteur notamment de plusieurs bains-douches populaires à Lille, Armentières, Douai ou encore Roubaix, ce projet resta cependant sans suite jusqu’en 1914.

Les aléas du projet de piscine

Dans les années 1910, la Ville invita tous les architectes de Saint-Denis à concourir pour la construction d’une nouvelle piscine. « Mais au mépris des engagements pris, une faveur avait été accordé à l’un d’entre eux et avait été chargé de poursuivre l’étude seul » [lettre de H. Demougeot, 5 mai 1928, AMSD 6M6]. Celle ci avait en effet été confiée à Paul Moulin, architecte qui venait de terminer la Poste rue de la République (066inv160). Cependant, la guerre puis son décès prématuré en 1927 ajourne une nouvelle fois la construction. Le maire décide alors de remettre en compétition le projet. Trois architectes dionysiens sont sollicités : Henri Grosmèche, architecte gérant du cabinet de feu Paul Moulin, Henri Demougeot et Gaston Dollat.
Réuni le 11 juillet 1928, le jury est composé de Roger-Henri Expert, professeur à l’École nationale des Beaux-Arts, M. Payret-Dortail, Architecte en chef de l’office HBM du département de la Seine, M. Gautier de la Guilde des Techniciens-conseils et de Louis Bonnier, Inspecteur général honoraire des services techniques d’Architecture et d’esthétique et de l’extension de Paris mais surtout architecte de la nouvelle piscine de la Butte-aux-Cailles à Paris. Leur choix se porta sur le projet de Gaston Dollat qui en de nombreux points s’inspirait de la piscine construite quatre ans plus tôt par L. Bonnier.

Un parti pris architectural inspiré de la Butte-aux-Cailles

Le terrain retenu se situe sur le boulevard Félix-Faure en plein centre de l’agglomération, à côté du groupe scolaire éponyme et à l’emplacement d’une machine élévatoire des eaux désaffectée depuis le début des années 1920.
Le parti adopté, nettement dissymétrique, propose deux corps de bâtiments contigus. Le premier, sur rue, rectangulaire et réparti sur 6 niveaux (3 sous-sol, R + 2), accueillait les salles de déshabillage, soit 146 cabines sur 3 niveaux, ainsi que les douches. Le second, surmonté d’une voûte, est réservé au bassin d’une dimension de 33 x 11, 50 m. (celle de la Butte-aux-Cailles mesure 33 x 13 m.) afin de permettre les entraînements sportifs. Ce dispositif innovant et hygiénique avait été inauguré à la Butte-aux-Cailles quelques années auparavant. Il avait pour avantage de proposer un circuit imposé aux baigneurs limitant ainsi la surveillance et de donner au bassin un maximum de surface. Autre analogie avec la piscine construite à Paris, l’usage d’arcs doubleaux qui soutiennent la voûte. Construite en béton armé avec remplissage en brique et soubassement en meulière, la façade fut ensuite enduite en ciment pierre et une inscription en mosaïque fut apposée sur la façade au dessus de la porte d’entrée. Les fondations se composent d’une « série de 52 pieux explosés en béton armé, système « Francki » (L’Emancipation, 30 septembre 1933, p.2).

Après guerre, de la municipalisation à la fermeture

Gérée par un concessionnaire privé jusqu’en 1946, date à laquelle la Ville en assura la gestion directe, la piscine fait l’objet de nombreux travaux (changement des châssis métalliques, changement de système de chauffage, ajout d’un corps de bâtiment en façade pour abriter un escalier, modification des ouvertures…) jusqu’à son abandon en 1988, en raison des nouvelles normes sanitaires. La Ville privilégia alors la construction d’un bâtiment neuf, le centre nautique « La Baleine » édifié non loin du boulevard Félix-Faure, rue Jean-Moulin.

Préservation et reconversion

Bien que sans affectation depuis plus de vingt ans, cette piscine est protégée au titre du Plan Local d’Urbanisme par la Ville de Saint-Denis en 2015, puis proposée dans le cadre de l’appel à projets "Inventons la métropole du Grand Paris" en 2016. Tout en conservant le grand bassin et la façade extérieure réhabilités, le projet lauréat (Jung architectures, Encore Heureux architecte) transforme le bâtiment existant en un lieu culturel et le surmonte d’un nouveau volume en bois destiné à des logements.

Date de construction
1928 (concours) ; 1933 (inauguration)
Organisme
Service du patrimoine culturel
Date de rédaction
2013 ; 2018
Code site
066inv101
Date de découverte ou d'enquête
2004 ; 2011
Source
inventaire départemental
Auteur
Dollat Gaston (architecte) ; Cartier frères (entrepreneurs)
Maitre d'ouvrage
Ville de Saint-Denis

Illustrations

Saint-Denis, Piscine municipale Félix-Faure et bains-douches - vue du bassin en 2011

N° 1026819 - jpg - 2560 × 1920 pixels Détails
Crédits Photo Hélène Caroux © Département de la Seine-Saint-Denis, 2011
Dimensions 2560 × 1920 pixels
Résolution 4.9 Mpx
Poids 2.8 Mo
Date 16 mai 2018
Fichier 30301.jpg

Saint-Denis ; Piscine municipale Félix-Faure et bains-douches - la piscine en activité avec au fond la fresque

Fresque réalisée en 1980 et signée « Franscesca » (AD93. cote 2Fi298)
N° 1026820 - jpg - 1741 × 2465 pixels Détails
Crédits © Département de la Seine-Saint-Denis
Dimensions 1741 × 2465 pixels
Résolution 4.3 Mpx
Poids 1.1 Mo
Date 16 mai 2018
Fichier 30302.jpg

Saint-Denis ; Piscine municipale Félix-Faure et bains-douches - vue du bassin

Architecture d’Aujourd’hui, n°3, avril 1934, p. 58-59.
N° 1026823 - jpg - 1000 × 1332 pixels Détails
Crédits © Département de la Seine-Saint-Denis
Dimensions 1000 × 1332 pixels
Résolution 1.3 Mpx
Poids 796.2 ko
Date 16 mai 2018
Fichier piscine_de_saint_denis.jpg

Paris ; Piscine et bains-douches de la Butte-aux-Cailles - vue du bassin

On reconnait le dispositif adopté dix ans après par Gaston Dollat pour la piscine de Saint-Denis. (...)
N° 1026824 - jpg - 351 × 450 pixels Détails
Crédits © Département de la Seine-Saint-Denis
Dimensions 351 × 450 pixels
Résolution 0.2 Mpx
Poids 38 ko
Date 16 mai 2018
Fichier station_balneaire_de_la_butte_aux_cailles.jpg

Saint-Denis ; Piscine municipale Félix-Faure et bains-douches - dessin de la façade

Dessin de la façade dressé par Gaston Dollat, architecte, sd (vers 1930). Archives communales de (...)
N° 1026825 - jpg - 885 × 533 pixels Détails
Crédits © Département de la Seine-Saint-Denis
Dimensions 885 × 533 pixels
Résolution 0.5 Mpx
Poids 79.7 ko
Date 16 mai 2018
Fichier 30893-2.jpg

Saint-Denis ; Piscine municipale Félix-Faure et bains-douches - avant-projet non réalisé

Avant-projet non réalisé de la piscine et bains-douches boulevard « Félix-Faure » (façade, coupes, (...)
N° 1026826 - jpg - 885 × 539 pixels Détails
Crédits © Département de la Seine-Saint-Denis
Dimensions 885 × 539 pixels
Résolution 0.5 Mpx
Poids 103.7 ko
Date 16 mai 2018
Fichier 30891-2.jpg
Type d’étude et de recherche

Localisation
  • 3 boulevard Félix-Faure
  • Saint-Denis ; Piscine municipale Félix-Faure et bains-douches - la piscine en activité avec au fond la fresque
    Fresque réalisée en 1980 et signée « Franscesca » (AD93. cote 2Fi298)
    © Département de la Seine-Saint-Denis
  • Saint-Denis, Piscine municipale Félix-Faure et bains-douches - vue du bassin en 2011
    Photo Hélène Caroux © Département de la Seine-Saint-Denis, 2011
  • Saint-Denis ; Piscine municipale Félix-Faure et bains-douches - vue du bassin
    Architecture d’Aujourd’hui, n°3, avril 1934, p. 58-59.
    © Département de la Seine-Saint-Denis
  • Paris ; Piscine et bains-douches de la Butte-aux-Cailles - vue du bassin
    On reconnait le dispositif adopté dix ans après par Gaston Dollat pour la piscine de Saint-Denis. Architecture d’Aujourd’hui, n°3, avril 1934, p. 58-59.
    © Département de la Seine-Saint-Denis
  • Saint-Denis ; Piscine municipale Félix-Faure et bains-douches - dessin de la façade
    Dessin de la façade dressé par Gaston Dollat, architecte, sd (vers 1930). Archives communales de Saint-Denis 117ACW6
    © Département de la Seine-Saint-Denis
  • Saint-Denis ; Piscine municipale Félix-Faure et bains-douches - avant-projet non réalisé
    Avant-projet non réalisé de la piscine et bains-douches boulevard « Félix-Faure » (façade, coupes, perspective) dressé par l’architecte Paul Moulin architecte, sd (vers 1920). Archives communales de Saint-Denis, 117ACW6
    © Département de la Seine-Saint-Denis
Chronologies

Dénomination

Auteurs / protagonistes