Renonciation par Clémence de Dammartin de ses réquisitions à Tremblay en échange d’une rente de 10 livres. [Traduction] - [1153-1162]

Titre
Renonciation par Clémence de Dammartin de ses réquisitions à Tremblay en échange d’une rente de 10 livres. [Traduction]
Type de document
source_ecrite
Date d’Édition
[1153-1162]
Service producteur
Service du patrimoine culturel de la Seine-Saint-Denis
Texte

Clémence, comtesse de Dammartin, renonce, après que le litige a été porté devant le roi de France Louis [VII], à toutes ses réquisitions sur la villa de Tremblay : taille en blé (tallia annone), redevances sur les porcs, vaches et béliers, gîte exercé à plusieurs reprises dans l’année. En compensation, Saint-Denis versera à la comtesse et à ses héritiers une rente de 10 livres parisis, le lendemain de la Saint-Denis. Il s’agit là du règlement d’un contentieux qui avait fait l’objet d’un premier règlement à l’époque de l’abbé Suger, mais que la mort de ce dernier a visiblement réactivé. L’acte n’est pas daté, mais doit être rapproché du diplôme par lequel le roi Louis VII fait savoir que le litige entre l’abbé de Saint-Denis Eudes II et la comtesse de Dammartin Clémence au sujet des coutumes que celle-ci exigeait à Tremblay, porté devant le souverain, s’est achevé par un accord conclu en sa présence entre le prieur Ansoud (l’abbé se trouvant alors auprès du pape) et la comtesse (Archives nationales, K 23 n°18 dans Tardif 1866). Les deux documents présentent toutefois des divergences. L’acte de Clémence de Dammartin passe sous silence le point déclaré en suspens dans le diplôme royal, à savoir le droit à être accueilli en temps de guerre dans la ferté de Tremblay, qui, de son côté, évoque bien la même rente compensatoire mais ne détaille pas comme celui-ci les coutumes abandonnées par la comtesse. On peut penser que l’acte royal procède d’une nouvelle transaction avec Clémence, abandonnant implicitement sa dernière réclamation et renouvelant les autres termes de l’accord ; il serait alors compris entre la date de l’acte royal et 1162, date à laquelle le roi investit du comté de Dammartin le jeune Aubry II, mettant de fait fin à la régence de la comtesse. Il est toutefois plus probable que les deux actes soient sensiblement contemporains et présentent l’accord sous deux jours différents : l’acte royal, moins concret, se souciant de mentionner un point non encore tranché, savoir si la comtesse ou ses successeurs peuvent être accueillis dans la ferté de Tremblay s’ils le souhaitent quand ils sont pourchassés par leurs ennemis ; la charte de la comtesse sst plus diserte sur les droits abandonnés.

Localisation
Archives nationales, Paris
Cote
S 2324 n°31
Vedette
an s 2324 n°31

Illustrations

Renonciation par Clémence de Dammartin de ses réquisitions à Tremblay en échange d’une rente de 10 livres. [Traduction]

N° 1026001 - jpg - 791 × 781 pixels Détails
Crédits Crédits non renseignés
Dimensions 791 × 781 pixels
Résolution 0.6 Mpx
Poids 349.5 ko
Date 14 novembre 2016
Fichier bandicam_2018-06-07_17-22-22-316.jpg
  • Renonciation par Clémence de Dammartin de ses réquisitions à Tremblay en échange d’une rente de 10 livres. [Traduction]
Chronologies

Organisations