Rue de Paris côté pair De la porte de Paris à la rue Faidherbe (1.jpg) De part et d’autres de la rue : immeubles hauts datant de la seconde moitié du XXe siècle, en alignement de la rue coté impair (Efidis) (Pré Saint-Gervais ?) et en coeur de parcelle,

Document :

Rue de Paris côté pair
De la porte de Paris à la rue Faidherbe (1.jpg)
De part et d’autres de la rue : immeubles hauts datant de la seconde moitié du XXe siècle, en alignement de la rue coté impair (Efidis) (Pré Saint-Gervais ?) et en coeur de parcelle,
Rue de Paris côté pair
De la porte de Paris à la rue Faidherbe (1.jpg)
De part et d’autres de la rue : immeubles hauts datant de la seconde moitié du XXe siècle, en alignement de la rue coté impair (Efidis) (Pré Saint-Gervais ?) et en coeur de parcelle, avec des commerces en rez-de-chaussée rattrapant l’alignement. Immeubles sans qualité architecturale et qui offrent une entrée de ville assez médiocre.
De la rue des Bruyères à la rue Georges Pompidou (2.jpg, 3.jpg)
Angle de la rue des Bruyères (entrée au n°1) : immeuble à pan coupé, à R+3 7 travées rue de Paris, 1 travée? ? sur le pan coupé, 5 travées rue des Bruyères, toit à croupe en tuile mécanique, façade enduite, corniche? ? moulurée, pierre agrafée en rez-de-chaussée, garde corps de différents types en bois et fer. La façade rue des Bruyères, est visible depuis la porte de Paris, grâce au recul des immeubles récents et constitue un signal de qualité en entrée de ville malgré la modestie de l’architecture.
N°64 : mitoyen au précédent : immeuble à R+5, 3 travées, façade en brique et parement? ? de plâtre mouluré notamment en linteaux et en balustrade filante au 5e étage. Oriel central. Inscription sur la façade : Henri Roques architecte 1933.
N° 66/68 : deux petites maisons de ville à R+1, 3 travées chacune. Une plaque indique que Raymonde Salez...
N°70 immeuble ancien, très rénové, R+4, 5 travées. Seule la porte d’entrée a conservé les moulures d’origine.
N°80 à 88 : immeubles récents à R+6, massifs reprenant la composition des immeubles post haussmaniens, organisation tri partie de la façade rotondes d’angles... (n°80 Maître d’ouvrage Sofilogis. Architecte Francis Audouin, entreprise Bouygues. Inscription sur la façade).
Du carrefour de la Liberté à la rue Rouget de l’Isle
Suite d’immeubles de styles et de gabarits différents allant de R+1 à R+4, sans qualité architecturale et formant un front bâti irrégulier.
Enfin, parmi les vestiges intéressants des premières constructions de ce secteur, figurent la maison à l’angle de la rue Waldeck-Rousseau et de la rue de Paris (045 INV096)) et celle de n°-. Datant sans doute de la première moitié du XIXe siècle, elles ont des façades revêtues d’enduit de plâtre mouluré, inspirées de l’architecture classique? ?. A la jonction du la rue et du bois, elles ont conservé une allure villageoise, endommagée hélas par le traitement inepte du commerce de rez-de-chaussée (La Poule russe ?)
045inv095 deux immeubles populaires de facture très modeste mais dont l’intérêt réside dans la présence du passage des Hortensias sous celui de gauche. Cette alliance : immeuble de faubourg et passage est suffisamment pittoresque pour être conservée
Photo Marie-Françoise Laborde © Département de la Seine-Saint-Denis
Descriptif

Rue de Paris côté pair
De la porte de Paris à la rue Faidherbe (1.jpg)
De part et d’autres de la rue : immeubles hauts datant de la seconde moitié du XXe siècle, en alignement de la rue coté impair (Efidis) (Pré Saint-Gervais ?) et en coeur de parcelle, avec des commerces en rez-de-chaussée rattrapant l’alignement. Immeubles sans qualité architecturale et qui offrent une entrée de ville assez médiocre.

De la rue des Bruyères à la rue Georges Pompidou (2.jpg, 3.jpg)
Angle de la rue des Bruyères (entrée au n°1) : immeuble à pan coupé, à R+3 7 travées rue de Paris, 1 travée? sur le pan coupé, 5 travées rue des Bruyères, toit à croupe en tuile mécanique, façade enduite, corniche? moulurée, pierre agrafée en rez-de-chaussée, garde corps de différents types en bois et fer. La façade rue des Bruyères, est visible depuis la porte de Paris, grâce au recul des immeubles récents et constitue un signal de qualité en entrée de ville malgré la modestie de l’architecture.

N°64 : mitoyen au précédent : immeuble à R+5, 3 travées, façade en brique et parement? de plâtre mouluré notamment en linteaux et en balustrade filante au 5e étage. Oriel central. Inscription sur la façade : Henri Roques architecte 1933.

N° 66/68 : deux petites maisons de ville à R+1, 3 travées chacune. Une plaque indique que Raymonde Salez...
N°70 immeuble ancien, très rénové, R+4, 5 travées. Seule la porte d’entrée a conservé les moulures d’origine.

N°80 à 88 : immeubles récents à R+6, massifs reprenant la composition des immeubles post haussmaniens, organisation tri partie de la façade rotondes d’angles... (n°80 Maître d’ouvrage Sofilogis. Architecte Francis Audouin, entreprise Bouygues. Inscription sur la façade).

Du carrefour de la Liberté à la rue Rouget de l’Isle
Suite d’immeubles de styles et de gabarits différents allant de R+1 à R+4, sans qualité architecturale et formant un front bâti irrégulier.

Enfin, parmi les vestiges intéressants des premières constructions de ce secteur, figurent la maison à l’angle de la rue Waldeck-Rousseau et de la rue de Paris (045 INV096)) et celle de n°-. Datant sans doute de la première moitié du XIXe siècle, elles ont des façades revêtues d’enduit de plâtre mouluré, inspirées de l’architecture classique?. A la jonction du la rue et du bois, elles ont conservé une allure villageoise, endommagée hélas par le traitement inepte du commerce de rez-de-chaussée (La Poule russe ?)

045inv095 deux immeubles populaires de facture très modeste mais dont l’intérêt réside dans la présence du passage des Hortensias sous celui de gauche. Cette alliance : immeuble de faubourg et passage est suffisamment pittoresque pour être conservée

Crédits
Photo Marie-Françoise Laborde © Département de la Seine-Saint-Denis

Image :

Source
prise de vue directe
Date de création - date de prise de vue
2006