Rue du Garde-chasse Cette rue bénéficie d’une perspective superbe sur la plaine grâce au débouché sur la pente prononcée de l’avenue du Président Schuman et de la sente en escalier Groupe-Manouchian. Son territoire est marqué par un élément de repère fo

Document :

Rue du Garde-chasse
Cette rue bénéficie d’une perspective superbe sur la plaine grâce au débouché sur la pente prononcée de l’avenue du Président Schuman et de la sente en escalier Groupe-Manouchian. Son territoire est marqué par un élément de repère fo
Rue du Garde-chasse
Cette rue bénéficie d’une perspective superbe sur la plaine grâce au débouché sur la pente prononcée de l’avenue du Président Schuman et de la sente en escalier Groupe-Manouchian. Son territoire est marqué par un élément de repère fort dans la commune : le château d’eau.
Le côté pair (n° 64 à 78) est le plus intéressant. Il est constitué d’un alignement homogène de maisons mitoyennes ou très rapprochées en bordure de terrain. Les différences de toiture, à deux pans, mais orientées vers la rue ou perpendiculairement apporte une dynamique qui compense la sobriété des façades. Ces dernières sont pour la plupart en enduit clair avec des modénatures sommaires. Les ferronneries, en fonte moulée, sont ouvragées, souvent à motif floral et permettent de dater les maisons aux deux premières décennies du XXe siècle. Cette période de construction, brève, explique aussi l’homogénéité de l’ensemble. La plus pittoresque est celle du n°72 de part sa silhouette haute et très étroite, le lierre qui la couvre et laisse émerger des éléments de décors discrets mais soignés.
N°71 : R+1+combles : maison mitoyenne sur la droite, au pignon gauche aveugle donnant sur le terrain de la CGE. Les façades sont revêtues d’un enduit gratté fin, ton pierre, le rez-de-chaussée est en céramique? ? gris clair. Les deux niveaux supérieurs ont une partie en retrait entièrement vitrée. Les ouvertures sont irrégulières. Le toit, brisé, est en cuivre étamé couleur zinc, à l’arrière il est en terrasse. Un auvent? ? en béton court sur toute la longueur de la façade. A noter la découpe très géométrique du pignon aveugle. Directement inspirée des maisons des années 1930, mais épicée de clins d’oeil à la villa classique comme le toit à la Mansart en zinc revisité, cette maison est à la fois simple et originale. Elle est de plus très bien intégrée à son environnement. 2000, architecte Philippe Vignaud. (PC 93 045 00 B 0015)
Photo Marie-Françoise Laborde © Département de la Seine-Saint-Denis
Descriptif

Rue du Garde-chasse
Cette rue bénéficie d’une perspective superbe sur la plaine grâce au débouché sur la pente prononcée de l’avenue du Président Schuman et de la sente en escalier Groupe-Manouchian. Son territoire est marqué par un élément de repère fort dans la commune : le château d’eau.
Le côté pair (n° 64 à 78) est le plus intéressant. Il est constitué d’un alignement homogène de maisons mitoyennes ou très rapprochées en bordure de terrain. Les différences de toiture, à deux pans, mais orientées vers la rue ou perpendiculairement apporte une dynamique qui compense la sobriété des façades. Ces dernières sont pour la plupart en enduit clair avec des modénatures sommaires. Les ferronneries, en fonte moulée, sont ouvragées, souvent à motif floral et permettent de dater les maisons aux deux premières décennies du XXe siècle. Cette période de construction, brève, explique aussi l’homogénéité de l’ensemble. La plus pittoresque est celle du n°72 de part sa silhouette haute et très étroite, le lierre qui la couvre et laisse émerger des éléments de décors discrets mais soignés.
N°71 : R+1+combles : maison mitoyenne sur la droite, au pignon gauche aveugle donnant sur le terrain de la CGE. Les façades sont revêtues d’un enduit gratté fin, ton pierre, le rez-de-chaussée est en céramique? gris clair. Les deux niveaux supérieurs ont une partie en retrait entièrement vitrée. Les ouvertures sont irrégulières. Le toit, brisé, est en cuivre étamé couleur zinc, à l’arrière il est en terrasse. Un auvent? en béton court sur toute la longueur de la façade. A noter la découpe très géométrique du pignon aveugle. Directement inspirée des maisons des années 1930, mais épicée de clins d’oeil à la villa classique comme le toit à la Mansart en zinc revisité, cette maison est à la fois simple et originale. Elle est de plus très bien intégrée à son environnement. 2000, architecte Philippe Vignaud. (PC 93 045 00 B 0015)

Crédits
Photo Marie-Françoise Laborde © Département de la Seine-Saint-Denis

Image :

Source
prise de vue directe
Date de création - date de prise de vue
2006
Service producteur
Service du patrimoine culturel de la Seine-Saint-Denis
Droits de diffusion
communication libre - reproduction soumise à autorisation
Un patrimoine documenté
  • Étude Boulevard Eugène Decros