Saint-Paul

Saint-Paul

25 septembre 2018

L’église Saint-Paul est attestée en temps que collégiale en 1114 dans une lettre de l’abbé de Saint-Denis Adam qui accorde aux chanoines l’église Saint-Pierre. Toutefois, le vocable de l’église, son implantation dans l’axe des constructions du Haut Moyen Age la présence parmi les églises située au nord de l’abbatiale d’une église dédiée à Saint-Pierre, suggère une origine mérovigienne. L’origine de la collégiale est peut-être à mettre en rapport avec le rétablissement de la discipline régulière à Saint-Denis par Hilduin à partir de 831, les religieux s’y refusant obtenant alors la fondation d’une collégiale. Le "Plan de l’emplassement de l’église de Saint-Paul" levé par le voyer Gilles Dumoutier en 1728 et le plan des fouilles réalisées par Debret entre 1842 et 1844 qu’a levé Eugène Cabillet révèle une église romane ; les fouilles réalisées en 1988 et 1990-1991 révèlent l’existence d’états antérieurs. Par ses dimensions, près de 42 m de longueur intérieure et environ 290 m de largeur, l’édifice se distingue nettement des autres églises. La nef a huit travées. Deux files de colonnes la séparent des collatéraux et des bras du transept. Les fouilles de 1842-1844 ont mis au jours trois de leurs bases. La forme plus élaborée qui caractérise celle de la quatrième colonne pourrait indiquer une séparation entre la nef laïque et le cheour liturgique. A l’extrémité occidentale de l’édifice, le mur mitoyen avec Saint-Pierre est doublé de colonnes engagées, peut-être les "colonnes et chapiteaux de marbre" remarqués par Lebeuf en 1738 "dans le mur du fond de l’Eglise S. Pierre par le dehors". Dans le prolongement de la nef se trouve le chœur qui comprend une abside semi-circulaire précédé d’une travée? droite plus courte. La paroi intérieure du mur de l’abside est scandée de quatres pilastres auxquels correspondent, à l’extérieur, autant de contreforts. Leur présence et l’épaisseur du mur suggèrent que cette partie de l’édifice devait être voûtée dès l’origine. Le plan de Dumoutier figure dans l’abside une voûte à cinq quartiers et montre que les fenêtres du chœur sont flanquées de colonnettes. Un clocher s’élève contre le mur sud de la dernière travée de la nef. Un escalier à vis lui est adossé à l’est. Une saillie est indiquée à la hauteur de la sixième et de la septième travée, correspondant peut-être aux deux bras d’un transept-bas très peu débordant, à moins qu’il ne s’agisse de deux chapelles avançant à l’extérieur de l’église. Le compte rendu des travaux de fouille que réalisent Debret que rédige Guilhermy fait état de la découverte de sarcophages de plâtre, de "la partie supérieure d’une tombe qur laquelle figure un buste d’homme mains jointes sous un arc trilobé avec un mot en lettres du 13e siècle : Ici gist Pierre Hugon esc… de feste S. Andrei l’apostre (…) une tombe entière gravée, très fruste, représentant une femme. On y lit avec peine : …es Hugonne jadis fesme Simon le …trespassa l’an MCCCCXI le… (…) des fragments d’un Christ en terre cuite, 15e (…) des morceaux de pavés vernissés fleur de lys (…) fragments de moulures engagées dans la maçonnerie [de l’abside], dans un contrefort, base de colonne romane avec scotie zigzaguée. Marque d’appareilleurs [six exemples de signes en forme de T, V, L, N et S]. Murs très épais. Deux inscriptions sur de simples pierres ; lettres mêmées : Deus habent animam Adami thesaurari et matris ejus (…)".
En 1137, Suger affranchit les chanoines des redevances dues au monastère et leur cède le patronage de l’église Saint-Jean Baptiste ainsi qu’un enclos renfermant des ateliers. En 1231, l’abbé Eudes entre en conflit avec les chanoines qui, comme le rapporte Félibien 1706 "ne vivoient plus en commun comme autrefois". De nouveaux statuts fixent à douze le nombre des viacires, à six celui des chapelains et obligent les chanoines à résider auprès de l’église six mois consécutifs. En 1273, on réglemente la distribution des méreaux dont la frappe est attestée jusqu’à l’époque moderne. Saint-Paul possède, en plus du maître-autel, plusieurs chapelles dont celle dédiée à Notre-Dame, fondée en 1308. Trois autres autels sont dédiés à Saint-Pantaléon-Saint-Laurent, Les Innocents et Saint-Nicolas. L’église sert de station à l’occasion des rogations et des processions aux fêtes de saint-Marc (5 avril) et de saint-Paul (30 juin). L’église Saint-Paul est endommagée par les Huguenots en 1567, de sorte que les chanoines se retirent dans la chapelle dédiée à Saint-Pantaléon, aménagée dans le collatéral nord. En 1727, le chapître de Saint-Paul est transféré au prieuré de Saint-Denis de l’Estrée, dont le titre s’est éteint. En 1728, l’archevêque de Paris autorise la démolition de l’église.

Organisme
Unité d'archéologie de Saint-Denis
Date de rédaction
19/01/2006
Code site
066s122
Date de découverte ou d'enquête
1842
Source
carte archéologique départementale
État de découverte
structuré
Niveau d'interprétation
site fonctionnel
Précision emprise
localisation et extension connues
Qualification de datation
période(s) d'occupation
Appréciation de localisation
1/2000
Nature du site
enfoui
État actuel
conservé
Présence de mobilier
True
Contexte mobilier
contexte mal connu
Chronologie début
Haut Moyen Age
Chronologie fin
Epoque moderne
Datation initiale
801
Datation finale
1728
Qualification datation initiale
création au plus tôt
Qualification datation finale
disparition

Illustrations

Vue du chevet de l’église abbatiale Saint-Denis et de la fondation de l’abside semi-circulaire de l’église Saint-Paul

Vue du chevet de l’église abbatiale Saint-Denis et de la fondation de l’abside semi-circulaire de (...)
N° 3196 - jpg - 393 × 600 pixels Détails
Crédits © Département de la Seine-Saint-Denis
Dimensions 393 × 600 pixels
Résolution 0.2 Mpx
Poids 9.8 ko
Date 8 juin 2005
Fichier 3196_pleinecran.jpg

Plan de l’église Saint-Paul en 1728. Après le sac de la ville apr les huguenots en 1567, les chanoines de Saint-Paul se retire dans la chapelle Saint-Pantaléon, aménagée dans le collatéral nord de l’église. Le plan est levé pour être joint à l’acte par le

Plan de l’église Saint-Paul en 1728. Après le sac de la ville apr les huguenots en 1567, les (...)
N° 3447 - jpg - 600 × 390 pixels Détails
Crédits Phot. Ph. Malpertu © Archives nationales
Dimensions 600 × 390 pixels
Résolution 0.2 Mpx
Poids 9.8 ko
Date 14 février 2006
Fichier 3447_pleinecran.jpg

Plan des fouilles effectuées par Debret (détail), vue des vestiges subsistant de l’église Saint-Paul

Plan des fouilles effectuées par Debret (détail), vue des vestiges subsistant de l’église (...)
N° 3490 - jpg - 600 × 450 pixels Détails
Crédits © Département de la Seine-Saint-Denis
Dimensions 600 × 450 pixels
Résolution 0.3 Mpx
Poids 9.8 ko
Date 23 février 2006
Fichier 3490_pleinecran.jpg
Type d’étude et de recherche

Localisation
  • place Pierre de Montreuil
Dénomination

Notices liées