Un diagnostic archéologique au Petit Tremblay

Un diagnostic archéologique au Petit Tremblay

20 novembre 2020 , par Cristina Gonçalves-Buissart

Par son village (Vieux Pays), la ville de Tremblay-en-France est aujourd’hui la commune de Seine-Saint-Denis dont l’occupation rurale est la mieux documentée par l’archéologie tout au long de la période médiévale. Un nouveau diagnostic archéologique va être réalisé au cœur du Petit Tremblay, noyau implanté à 500 m au nord du chef-lieu paroissial du Grand Tremblay, à proximité immédiate de l’église Saint-Pierre-Saint-Paul attestée en 1531 (quoique son vocable suggère une origine plus ancienne).

  • Vue vers le nord du Grand Tremblay et, à l’arrière-plan, du Petit Tremblay et de la Plaine de France.
    Vue vers le nord du Grand Tremblay et, à l’arrière-plan, du Petit Tremblay et de la Plaine de France.
    Photo Emmanuelle Jacquot © Département de la Seine-Saint-Denis
  • Petit Tremblay
    Petit Tremblay ; vue aérienne vers l’Est.
    Phot. Ol. Meyer © Département de la Seine-Saint-Denis

La parcelle à diagnostiquer se trouve également à moins de 100 m d’une opération de fouille réalisée en 2010 qui a mis au jour plus de 800 structures caractéristiques des habitats ruraux du haut Moyen Âge. Ce site a livré 13 cabanes excavées quasiment toutes quadrangulaires, 40 fours domestiques. A contrario, il présente une faible quantité de silos mis au jour (33) mais le nombre important de trous de poteau (plus de 300) pourrait suggérer un stockage préférentiel des grains en greniers. Les fossés jouent un rôle dans l’organisation parcellaire du site tout en contribuant au drainage des eaux en bas de pente. Six structures ont été interprétées comme des puits. L’une d’elles se dénote par ses dimensions (5,40 x 5,80 x 6 m) et la quantité de mobilier livré (80 kg de fragments de terre cuite, près de 17 kg de faune et 3 kg de tessons de céramique? attribuables à la période mérovingienne).
Cette opération de fouille a permis de mieux cerner l’occupation médiévale du Petit Tremblay, peu appréhendée jusqu’à aujourd’hui. Plus denses, les vestiges sont similaires à ce qui a déjà été observé sur le reste du village correspondant à de petits noyaux d’habitats.

Le diagnostic à venir offre donc de belles perspectives.

Les fouilles de la rue Jules-Guesdes (2010)
DAO © Crisitina Gonçalvès-Buissart / BPA / Conseil départemental de Seine-Saint-Denis

Bibliographie
Gonçalves-Buissart et alii 2012 : GONCALVES-BUISSART (C.) et alii. – Tremblay-en-France, rue Jules Guesde, rue du cimetière (Seine-Saint-Denis). Rapport final de fouilles archéologiques. Epinay-sur-Seine, Département de la Seine-Saint-Denis, Bureau du Patrimoine, Centre départemental d’archéologie. 2012, 2 volumes (388 p. et 446 p.)