Usine Cazeneuve, puis magasin de commerce IRAG, actuellement immeuble de bureaux

Etablissements Cazeneuve, puis Société IRAG, actuellement Venteprivée.com

par Antoine Furio

Fondée par Antoine Cazeneuve (1875-1928) en 1904, la société éponyme, spécialisée dans la fabrication de machines-outils, transfère ses ateliers parisiens à Saint-Denis vers 1910. En vingt ans l’usine couvre 1,2 ha répartis de part et d’autre du chemin des Fruitiers et emploie 350 ouvriers. A la fermeture du site en 1976, les locaux sont progressivement désaffectés, une partie importante est détruite pour l’aménagement de l’actuel square des Acrobates. Dernier vestige du fameux fabricant de tours, une halle ouverte sur l’avenue du Président Wilson a été reconvertie en 2011.

Construite en 1946, parallèlement au transfert du siège social de Cazeneuve à Saint-Denis, sur l’avenue Wilson (066inv277), cette halle doit accueillir les nouveaux ateliers de montage de l’entreprise. Enserré entre l’usine Lambert au nord et des habitations au sud, le bâtiment épouse la forme de la parcelle en lanière. Son architecture est ainsi la plus rationalisée, réduite à deux travées de structures métalliques couvertes de sheds? d’une largeur de 15 m pour une longueur de 145 m et s’élevant sur deux niveaux. Sur l’avenue du Président Wilson l’atelier est dissimulé derrière une façade enveloppe en maçonnerie de briques blanches et jaunes, percée de deux hautes ouvertures pour le passage des équipements volumineux. En partie haute, une enseigne en lettre métalliques donnait la raison sociale de l’entreprise « Cazeneuve », et un cartouche en ciment précisait l’activité « machines-outils ». Cette volonté d’utiliser la façade sur l’avenue Wislon comme vitrine s’avère une démarche commune à de nombreux industriels. Néanmoins, pour Cazeneuve, elle doit être considérée au regard d’une approche sinon artistique au moins moderne de la conception de leurs usines dont certains bâtiments ont été réalisés par Louis Brachet. Membre fondateur de la Société des Architectes modernes (1923), Brachet fut architecte de la Compagnie du Paris-Orléans pour laquelle il réalisa ses œuvres les plus célèbres dont la gare de Néris-les-Bains (1931) et celle de la Cité universitaire (1937). En 1924 il conçoit pour Cazeneuve les ateliers (disparus) de la rue des Fruitiers qui se singularisent par le dessin « art déco » de ses baies et entrées dont la forme géométrique des menuiseries est proche de celles de ses gares. Puis en 1928-29, il propose un nouveau projet d’ateliers de conception résolument Moderne qui restera, lui, inabouti. Alors qu’il n’est pas spécialiste de l’architecture industrielle Brachet a semble-t-il été séduit par les commandes de l’entreprise. Sa fascination pour l’univers de la mécanique et de la machine, dans lequel Cazeneuve joue un rôle essentiel, et l’influence de son dirigeant, homme clef du secteur à la tête du puissant syndicat professionnel, durent convaincre définitivement l’architecte.
La halle encore en place, pour laquelle l’auteur reste encore indéterminé, a subi d’importantes modifications en façade. Sa reconversion en bureaux s’est accompagnée sur l’avenue Wilson d’un rhabillage de parement? de pierres agrafées ne laissant visible que le cartouche « machines-outils ». Aujourd’hui occupé par la société Venteprivée.com, le site a été rattaché à la parcelle voisine, ancien établissement Lambert.

Date de construction
1946
Organisme
service du patrimoine culturel de la Seine-Saint-Denis
Date de rédaction
2007; 2012
Code site
066inv025
Date de découverte ou d'enquête
1988
Destination successive
immeuble de bureaux
Source
inventaire départemental
Qualification de datation
campagne(s) de construction
Parties constituantes
atelier de production
Type d’étude et de recherche

Localisation
  • 7 chemin des Fruitiers ; 247 avenue du Président Wilson
Chronologies

Auteurs / protagonistes