Usine Malicet et Blin, puis SKF, actuellement lycée professionnel Jean-Pierre Timbaud, lieu de création artistique dit Les laboratoires d'Aubervilliers, salle de sport Salvador Iglèsia et centre technique municipal d'Aubervilliers

Usine Malicet et Blin, puis SKF, actuellement lycée professionnel Jean-Pierre Timbaud, lieu de création artistique dit Les laboratoires d’Aubervilliers, salle de sport Salvador Iglèsia et centre technique municipal d’Aubervilliers

Malicet et Blin, puis SKF; collège d'enseignement technique Malicet, actuellement lycée professionnel Jean-Pierre Timbaud, lieu de création artistique dit Les laboratoires d'Aubervilliers, salle de sport Salvador Iglèsia et centre technique municipal

16 décembre 2018 , par Antoine Furio, Cécile Katz

Cette partie du site appartient à la commune d’Aubervilliers. L’entreprise Malicet et Blin s’installe sur deux sites en 1905 et 1911 (avenue Henri Barbusse et rue Trevet). En 1909, le passage souterrain reliant les deux usines est construit. L’usine fabriquait des engrenages et des pièces détachées pour machines-outils. En 1924, la construction d’une automobile, la "Malicet et Blin" y est tentée, mais le projet n’a pas connu de suite. L’usine employait 590 ouvriers en 1914 et 620 au lendemain de la première guerre mondiale. Elle a eu jusqu’à 800 salariés. Devenue propriété du groupe SKF, elle ferme en 1967. Une partie du site de la rue Trevet est maintenant occupée par un lycée professionnel.

001inv003 : Le site de la rue Henri-Barbusse a été construit pour la plus grande partie entre 1908 et 1909 et s’est développé au gré des nécessités de production. L’établissement donnant avenue de la République a été bâti en partie dès 1873 (Etablissement Miremont), puis agrandi en 1901. L’ensemble a été cédé à Malicet et Blin en 1914. Actuellement, le site est occupé par le garage municipal.
Les bâtiments sont oragnisés autour d’une cour. Sur la gauche se trouve un hall ouvert servant de remise aux voitures. Sur la droite, une longue travée? à armature en acier riveté et remplissage en briques grises et blanches est couverte de cinq sheds?. Deux halles occupent le fond de la cour. La plus grande présente en façade des pilastres en meulière. Son éclairage est assuré par un lanterneau? et des baies vitrées en façade. L’autre halle a une structure? en fer avec un remplissage brique et une toiture en sheds.

Organisme
service du patrimoine culturel de la Seine-Saint-Denis
Date de rédaction
2003
Code site
001inv002
Date de découverte ou d'enquête
1993
Source
inventaire départemental
Auteur
Lutier Patrice (architecte)
Qualification de datation
campagne(s) de construction
Date initiale
1900
Date de fin
1924
Gestion administrative
Cadastre : BC 83.
Projet en cours ou à l'étude. Equipement publics/équipements collectifs prévus sur le périmètre mitoyen (BC 23 ; 24) au corps de bâtiment à shed en façade de la rue de l'Ecuyer.
Diagnostic
Etat de conservation moyen sur l'ensemble du site.
L'ensemble du site ne présente pas d'intérêt architectural et urbain particulier. Bâtiments en sheds classiques en intérieur de parcelle.
Cependant le corps de batiment formé de trois travées en sheds en façade de la rue l'Ecuyer mérite d'être réhabilité. Son état sanitaire semble correct et le projet d'équipement public contigü peut prendre appui sur cet ensemble. L'écriture des trois sheds en façade-pignon sur rue, si elle n'est pas non plus exemplaire du point de vue de la technique de construction fait identité, marque le gabarit industriel sur rue de ce secteur. La façade aveugle en brique offre un potentiel d'ouverture sur l'espace public de la rue en R.D.C et/ ou sur l'ensemble du pignon.
Enfin, dans la séquence du parcours qui mène au carrefour tout proche avec la rue Trévet, cette façade fait echo au site du laboratoire de l'organotechnie réalisé par l'architecte Boistel et surmonté de sa cheminée (fiche inventaire 001inv060) ainsi que le dépôt de Champagne de l'entreprise Bichat (fiche inventaire 001inv231). Dans ce secteur dense et mixte, ces trois ensembles constituent des repères urbains de proximité forts et significatifs du passé industriel et peuvent sans difficulté muter et s'insérer au contexte urbain. (cas en cours du laboratoire de l'organotechnie transformé en galerie d'art)

Illustrations

Aubervilliers ; usine Malicet et Blin - entrée de l’actuelle salle de sport Salvador Iglésia

Usine Malicet et Blin ; entrée sur la rue Lecuyer des anciens ateliers de fabrication de (...)
N° 1599 - jpg - 600 × 447 pixels Détails
Crédits Photo Antoine Furio © Département de la Seine-Saint-Denis
Dimensions 600 × 447 pixels
Résolution 0.3 Mpx
Poids 41.6 ko
Date 2 mai 2006
Fichier 1599_pleinecran.jpg

Aubervilliers ; usine Malicet et Blin - sheds des anciens ateliers sur la rue Lecuyer

Usine Malicet et Blin ;vue des sheds? des ateliers de fabrication de roulements à billes ; (...)
N° 1600 - jpg - 600 × 405 pixels Détails
Crédits Photo Antoine Furio © Département de la Seine-Saint-Denis
Dimensions 600 × 405 pixels
Résolution 0.2 Mpx
Poids 34.5 ko
Date 2 mai 2006
Fichier 1600_pleinecran.jpg
Type d’étude et de recherche

Localisation
  • 103 avenue de la République; 41 rue Lécuyer; 72 rue Henri Barbusse
  • 103 avenue de la République; 41 rue Lécuyer; 72 rue Henri Barbusse
  • Aubervilliers ; usine Malicet et Blin - entrée de l’actuelle salle de sport Salvador Iglésia
    Usine Malicet et Blin ; entrée sur la rue Lecuyer des anciens ateliers de fabrication de roulements à billes ; époque contemporaine ; 1e quart 20e siècle.
    Photo Antoine Furio © Département de la Seine-Saint-Denis
  • Aubervilliers ; usine Malicet et Blin - sheds? des anciens ateliers sur la rue Lecuyer
    Usine Malicet et Blin ;vue des sheds? ? des ateliers de fabrication de roulements à billes ; époque contemporaine ; 1e quart 20e siècle.
    Photo Antoine Furio © Département de la Seine-Saint-Denis
Auteurs / protagonistes