église Saint-Denis de l’Estrée

église Saint-Denis de l'Estrée

16 novembre 2018

En 834, les Miracula sancti Dyionisii citent l’église et son prêtre Martinianus.
A la fin du 11e siècle, on y trouve une école monastique que fréquente Suger et le futur Louis VI.
En 1131, lors de la fête de Pâques, le pape Innocent II se rend en procession à l’église Saint-Denis-de-l’Estrée.
En 1137, Suger, abbé de Saint-Denis y établit un prieur et 12 religieux ; il cite le réfectoire.
Vers 1234, selon le Liber ordinarius, c’est dans cette église qu’a lieu la consécration des rameaux lors de la procession du dimanche des Rameaux.
On y célèbre également tîne messe à l’occasion de la procession du mercredi des Rogations.
En 1239, une bulle du pape Grégoire IX décharge le prieuré des frais d’entretien de plusieurs juifs.
Félibien 1704 rapporte qu’en 1401, une bourrasque

"arracha la croix de fer & le coq du clocher, & les emporta tout pesans qu’ils fus sent, prés d’un trait d’arc au-delà".

En 1567, le témoignage de Claude Haton atteste que l’église est « "destruite et ruynée" » par les Huguenots et reste en ruine pendant dix ans.
En 1575, le "Pourtraict de la ville Sainct Denis en France" de Belleforest figure l’église avec, au sud, un clocher à plusieurs étages et un clos fortifié, avec un mur crénelé et une tourelle d’angle, auquel on accède par une porte fortifié.
En 1577, le même Haton précise que

"le prieur d’icelle a faict fouiller en terre pour faire les fondemans pour la rebastir".

Suit le récit de la découverte de trois petits cercueils en pierre contenant chacun une boîte en plomb dont l’inscription identifie le contenu aux cendres et aux habits de Denis, Rustique et Eleuthère.
La découverte est mise en relation avec la tradition de la translation des corps des martyrs de l’Estrée à l’abbatiale.
Doublet 1625 rapporte que

" Il n’y a rien de plus ancien que le portail de l’eglise de St. Denis de l’Estrée qui est le lieu où il a été enterré, ou. S. Denys est representé avec ses compagnons decollez".

En 1678, on mentionne qu’

"Il y a encore des restes de pilliers et murailles fort ancienne ; la pierre en est très dure et de la mesme nature que l’ancienne pierre de l’abbaye qui s’est bien conservée. Au dessus de la porte il y a 3 bas-reliefs dans l’un, où est représenté Notre Seigneur qui communie saint Denis dans la prison, est escrit autour audessus et du costé droit : Accipite de manu Dni viaticum salutis, et au bas : Dionysii, Rustici et Eluteri. Ces bas-reliefs paroissent tres anciens".

En 1696, lors de la visite pastorale on trouve la chapelle

"bien voûtée et bien bâtie mais fort mal ornée".

En 1726, le le dernier prieur commendataire, M. Le Bailly de Mesmes, ambassadeur de Malte, unit les revenus et biens du prieuré au chapitre de Saint-Paul.
En 1728, les chanoines de Saint-Paul s’établissent au prieuré ; l’église prend le vocable de Saint-Paul-de-l’Estrée, elle est

"solidement bâtie, grande et en état de contenir tous les chanoines, (…) il n’y a des réparations à faire que ce que la chute du clocher tombé depuis environs 6 mois."

Le 29 mai, les trois cercueils et 12 sacs remplis d’ossements sont apportés de Saint-Paul pour être ré inhumés dans une fosse préparée an bas de la nef.
L’église est alors également le siège de la confrérie Saint-Pantaléon.
Lebeuf 1754 rapporte que

"Cette Eglise avoir été rebâtie du temps du Roy Robert à en juger par les vestiges de structure? de son temps qui sont aux deux piliers de la nef"

et également qu’

"on y fit sculper aux chapiteaux de quelques piliers et ailleurs des traits fabuleux de l’Histoire de la fuite de Dagobert en cette Eglise. J’ai vu encore en 1740 quelques restes de cette architecture d’environ l’an 1010 ou 1020. Aujourd’hui la plus grande partie de la même Eglise paroît être du XIIIe siècle. Les trois images des trois Saints que l’on voit couchés au milieu de la nef, et qui étoient auparavant dans le choeur au pied de l’Autel, paroissent être aussi de ce même siècle. Saint Rustique placé à la droite de Saint Denis est revêtu d’une dalmatique à manches larges fermées et il a les deux mains placées au-dessous du livre qu’il tient. Saint Eleuthere, placé à la gauche du même Saint Denis, a pour habit une tunique à manches étroites et tient aussi un livre d’une main par-dessous, et de l’autre par-dessus. Saint Denis est représenté en mître et en crosse dont la façon paroît êytre également du XIIIe siècle".

Le bâtiment est vendu en 1793.
Le "Recueil d’anecdotes et autres objets curieux relatifs à l’histoire de l’abbaye royale de Saint-Denis en France" d’Albert Gauthier rapporte en 1796 que

"L’église des chanoines de l’Estrée sert d’ateliers à une manufacture ou de magazin. Des planchés furent faits vu que l’église étoit assez haute pour procurer plus de logements".

Flamand-Grétry 1840 rapporte que

" (…) l’église a été démolie, a l’exception d’un mur latéral sur lequel on remarque encore la forme des niches qui y étaient adaptées. Ce mur sert de fond aux nouvelles constructions qu on y a élevées. On a fait bâtir, sur le terrain qui en dépendait, une charmante habitation ; le potager des religieux est transformé en un très-joli jardin d’agrément. Le terrain contient cinq arpens : le mur de clôture d’une très-grande épaisseur est le même qui existait en 1795. On aperçoit encore à une des encoignures la partie dune petite tourelle. On voir encore à gauche à l’entrée de la maison le puits où la patronne de Paris (sainte Geneviève) venait puiser de l’eau. Il a toujours été nommé le puits de Sainte-Geneviève".

Vers 1911, des sépultures mérovingiennes ont été découvertes à l’emplacement de l’église.
Les pannaux de tête décorés de quelques sarcophages en plâtre ont été conservés.

Organisme
Unité d'archéologie de Saint-Denis
Date de rédaction
17/01/2006
Code site
066s095
Date de découverte ou d'enquête
1996
Source
carte archéologique départementale
État de découverte
structuré
Niveau d'interprétation
site fonctionnel
Précision emprise
localisation et extension connues
Qualification de datation
période(s) d'occupation
Appréciation de localisation
1/2000
Nature du site
enfoui
État actuel
conservé
Contexte mobilier
sans objet
Chronologie début
Haut Moyen Age
Chronologie fin
Epoque contemporaine
Datation initiale
801
Datation finale
1840
Qualification datation initiale
création au plus tôt
Qualification datation finale
terminus ante quem

Illustrations

"Pourtraict de la ville Sainct Denis en France" (détail)

"Pourtraict de la ville Sainct Denis en France" (détail) ; vue de l’église Saint-Denis de (...)
N° 3421 - jpg - 600 × 450 pixels Détails
Crédits © Département de la Seine-Saint-Denis
Dimensions 600 × 450 pixels
Résolution 0.3 Mpx
Poids 9.8 ko
Date 13 février 2006
Fichier 3421_pleinecran.jpg

Plan d’alignement de la rue de la Charronnerie montrant les vestiges de l’église Saint-Denis de l’Estrée

Plan d’alignement de la rue de la Charronnerie montrant les vestiges de l’église Saint-Denis de (...)
N° 3982 - jpg - 600 × 450 pixels Détails
Crédits © Archives municipales de Saint-Denis
Dimensions 600 × 450 pixels
Résolution 0.3 Mpx
Poids 9.8 ko
Date 20 mars 2006
Fichier 3982_pleinecran.jpg
Type d’étude et de recherche

Localisation
  • rue de la République
Dénomination

Notices liées