prévu dans le programme de reconstruction du groupe scolaire Romain Rolland, le gymnase s’en distingue par le choix d’une architecture davantage tournée vers le classique. Léopold Bévière trouve à nouveau son inspiration dans le Trianon du Versailles auq

Document :

prévu dans le programme de reconstruction du groupe scolaire Romain Rolland, le gymnase s’en distingue par le choix d’une architecture davantage tournée vers le classique. Léopold Bévière trouve à nouveau son inspiration dans le Trianon du Versailles auq
prévu dans le programme de reconstruction du groupe scolaire Romain Rolland, le gymnase s’en distingue par le choix d’une architecture davantage tournée vers le classique. Léopold Bévière trouve à nouveau son inspiration dans le Trianon du Versailles auquel il avait déjà eu recours pour la salle des fêtes en 1904, mais en le stylisant. La référence à l’antiquité grecque se retrouve dans les pilastres et l’entablement, mais le style orangerie est abandonné. Les baies sont ici rectangulaires. Au-delà de ces réminiscences, le bâtiment s’inscrit dans l’époque industrielle notamment par l’utilisation de la brique. Les menuiseries en béton ne sont pas d’origine, L Bevière avait dessiné des menuiseries métalliques très fines qui donnaient une impression de transparence. Les portes en fer et verre à motif géométrique sont assez massives. A noter les encadrements métalliques de la porte centrale, hautes et se terminant en faisceau. Bien qu’un peu pompeux, ce temple du sport reste un exemple original de l’architecture du sport en Seine-Saint-Denis. 1931, architecte L. Bévière
Photo Marie-Françoise Laborde © Département de la Seine-Saint-Denis
Descriptif

prévu dans le programme de reconstruction du groupe scolaire Romain Rolland, le gymnase s’en distingue par le choix d’une architecture davantage tournée vers le classique. Léopold Bévière trouve à nouveau son inspiration dans le Trianon du Versailles auquel il avait déjà eu recours pour la salle des fêtes en 1904, mais en le stylisant. La référence à l’antiquité grecque se retrouve dans les pilastres et l’entablement, mais le style orangerie est abandonné. Les baies sont ici rectangulaires. Au-delà de ces réminiscences, le bâtiment s’inscrit dans l’époque industrielle notamment par l’utilisation de la brique. Les menuiseries en béton ne sont pas d’origine, L Bevière avait dessiné des menuiseries métalliques très fines qui donnaient une impression de transparence. Les portes en fer et verre à motif géométrique sont assez massives. A noter les encadrements métalliques de la porte centrale, hautes et se terminant en faisceau. Bien qu’un peu pompeux, ce temple du sport reste un exemple original de l’architecture du sport en Seine-Saint-Denis. 1931, architecte L. Bévière

Crédits
Photo Marie-Françoise Laborde © Département de la Seine-Saint-Denis

Image :

Source
prise de vue directe
Date de création - date de prise de vue
2006
Service producteur
Service du patrimoine culturel de la Seine-Saint-Denis
Droits de diffusion
communication libre - reproduction soumise à autorisation
Un patrimoine documenté
  • gymnase du groupe scolaire Romain-Rolland