Villepinte ; Poudrerie nationale de Sevran-Livry, actuellement parc forestier de la poudrerie - ancien atelier de fabrication des poudres

Document :

Villepinte ; Poudrerie nationale de Sevran-Livry, actuellement parc forestier de la poudrerie - ancien atelier de fabrication des poudres
Cet atelier construit en 1880, dit Groupe XI, était dédié au lissage de la poudre noire. Devenu dépôt d’étouffoirs et de décongélation puis de déshydratation du coton-poudre en 1939, le bâtiment est à nouveau transformé en 1960 pour recevoir le laminage des explosifs en plaques. Il demeure sans affectation depuis l’aménagement de la poudrerie en parc.
Présentant tous les éléments architecturaux communs aux édifices de seconde génération, l’atelier constitue également un modèle type de construction "réglementaire" propre aux usines à poudres. Toute sa conception s’articule ainsi autour d’un objectif de mise en sécurité des hommes et des installations du site en orientant le souffle d’une éventuelle explosion vers les boisements et non en direction des chemins de circulation. Sa façade principale (en place cf.photo) comprend une partie forte composée d’un mur épais renforcé par un arc-boutant? ? et capable de contenir une explosion, tandis que l’espace de production est à l’inverse enveloppé dans une construction légère en bois largement vitrée (détruit) pouvant, elle, se disloquer.
(c) Département de la Seine-Saint-Denis
Descriptif

Cet atelier construit en 1880, dit Groupe XI, était dédié au lissage de la poudre noire. Devenu dépôt d’étouffoirs et de décongélation puis de déshydratation du coton-poudre en 1939, le bâtiment est à nouveau transformé en 1960 pour recevoir le laminage des explosifs en plaques. Il demeure sans affectation depuis l’aménagement de la poudrerie en parc.
Présentant tous les éléments architecturaux communs aux édifices de seconde génération, l’atelier constitue également un modèle type de construction "réglementaire" propre aux usines à poudres. Toute sa conception s’articule ainsi autour d’un objectif de mise en sécurité des hommes et des installations du site en orientant le souffle d’une éventuelle explosion vers les boisements et non en direction des chemins de circulation. Sa façade principale (en place cf.photo) comprend une partie forte composée d’un mur épais renforcé par un arc-boutant? et capable de contenir une explosion, tandis que l’espace de production est à l’inverse enveloppé dans une construction légère en bois largement vitrée (détruit) pouvant, elle, se disloquer.

Crédits
(c) Département de la Seine-Saint-Denis
Un patrimoine documenté
  • Poudrerie nationale de Sevran-Livry, actuellement parc forestier de la poudrerie